Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Amazon Go

Amazon Go, est-ce vraiment un concept novateur ?

Mickael Guerin
Mickael
18 janvier 2017

Après la livraison par drone et les commandes prédictives, entre autres, l’univers d’Amazon s’élargit avec la création d’Amazon GO, un nouveau concept de magasin sans caisses et sans contraintes. Amazon a-t-il vraiment inventé le magasin de demain ?

Amazon expérimente un nouveau concept porteur de promesses technologique et d’un parcours client novateur et revisité. Mais comment cela fonctionne ? Amazon Go est un nouveau type de magasin sans aucune caisse : il suffit d’utiliser l’application Amazon Go pour entrer dans le magasin, prendre les produits et … sortir.

Amazon Go fonctionne comme les véhicules autonomes : vision par ordinateur, batterie de capteurs et deep learning. La technologie Just Walk Out détecte automatiquement si les produits sont retirés ou remis en rayon et les enregistre dans un panier virtuel. Lorsque les achats sont terminés, le client quitte le magasin, son compte Amazon sera débité et il recevra un reçu par mail.

Leur volonté est de créer une « shopping experience » sans file et sans caisse, en repoussant les frontières technologiques pour créer un magasin où les clients pourraient tout simplement prendre ce qu’ils veulent et s’en aller.

Que trouve-t-on chez Amazon Go ? En premier lieu des plats à emporter, préparés sur place chaque jour par des cuisiniers (salariés). Ainsi que de la cuisine ou des pâtisseries locales et les essentiels de l’épicerie (pain, lait, fromages et chocolats artisanaux fabriqués localement). On pourra aussi y retrouver des marques mainstream et des repas rapides.

Amazon Go est actuellement ouvert aux employés d’Amazon dans leur programme Beta et sera ouvert au public courant 2017.

Smart market (ing)

Un magasin Amazon, déjà c’est une nouveauté. Mais en plus, un magasin sans caisses, sans attente, où on arrive, on prend, on part : un vrai self-service mais positionné haut de gamme (ou bobo selon). Du buzz et de l’effet wahou pour un grocery with no checkout avec une première boutique de 170 mètres carrés, une supérette en comparaison avec des hypermarchés de plus de 10 000 m2. Moins percutant déjà.

Et au-delà, est-ce vraiment une nouveauté ?

Pour éviter file et caisse, le drive, à partir de courses commandées sur le net, existe déjà. De même que la livraison à domicile. Il semblerait même qu’Amazon en soit le leader. En magasin, les caisses libre-service sont de plus en plus présentes, même s’il faut encore passer par une caisse physique. Mais c’est du pay at home, pick at shop.

Les scanners permettent aux consommateurs en supermarchés, d’enregistrer eux-mêmes leurs articles au fur et à mesure puis de payer à la fin. Un gain de temps sauf s’il y a file d’attente à la caisse finale où le passage reste obligatoire. D’ailleurs certains magasins ont opté pour des automates : il suffit de déverser les données du scanner et la facture arrive.

D’autres initiatives existantes

Twyst est un panier connecté dans lequel le consommateur place ses articles, équipés d’une puce RFID : la CB est automatiquement débitée après sa visite. QueueHop va plus loin, en scannant directement un produit en boutique avec son smartphone. Débit immédiat, plus besoin de caisse dans la boutique.

Et en France, Wits est une appli pour commander des produits dans des commerces de proximité (boulangerie, fromagerie, etc.), permettant de payer sur son smartphone et de passer prendre sa commande un peu plus tard. Là encore, plus besoin de faire la queue.

En magasin, les supermarchés utilisent déjà ces technologies, et Séphora utilise les puces NFC pour l’info produit, des vendeurs sont équipés de tablettes pour scanner les produits, et des paniers virtuels permettent aux clients de remplir un caddie numérique.

Et même La Poste, avec le terminal Facteo des Facteurs ou la tablette Smarteo en Bureau, permet de s’affranchir du passage au guichet pour le paiement des timbres, enveloppes, colis ou des recommandés.

amazon-yellow-vision-yellow-innovation

Un joli buzz

L’originalité Amazoniesque l’est moins dès lors que l’on prend un peu de recul. Même la question de l’impact sur l’emploi n’est pas neuve, d’autant que beaucoup d’analystes estiment que les employés seront formés à de nouveaux métiers, comme le conseil et l’assistance à la clientèle, supprimant ainsi les tâches répétitives mais pas le contact humain dans les magasins. Or comme indiqué en introduction de cet article, les commandes sont bien préparées par des humains.

Alors c’est vrai que la nouveauté c’est le parcours client unique via l’univers Amazon : un compte client, un panier réel virtualisé, un paiement indolore directement sur son compte, en gros, comme Eatsa. Et pour peu que le frigo soit relié à ce même compte, il n’y aurait même plus besoin de rentrer dans le store : c’est ce que propose déjà Pikit avec sa zapette connectée pour Carrefour.

Pour l’instant, Amazon Go est une expérimentation interne, loin d’être généralisée. Et un joli buzz. Mais loin d’être si novateur. La grande distribution aime nous présenter des fausses nouveautés… Visiblement, le numérique aussi.


Mickael Guerin
Ecrit par
Mickael Guerin
Partager
Commentaires (0)