Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

L'assurance à la demande sur mobile

L’assurance à la demande arrive sur mobile

Sébastien Louradour
Sébastien
25 juillet 2016

Les apps d’assurance à la demande sur mobile viennent défier les assureurs classiques. Avec ces nouveaux acteurs, le monde de l’assurance est-il vraiment en train de changer ?

Plusieurs start-ups d’assurances à la demande ont su voir dans les fonctionnalités offertes par le mobile, un moyen de faire de l’assuré son propre assureur. Rapidité, personnalisation et simplicité sont leurs maître-mots. Voyons plus en détails ce qu’elles proposent et comment elles ont su s’imposer sur le marché.

Des services plus transparents et moins onéreux

Les nouveaux entrants du secteur de l’assurance, des pure players mobiles, offrent des services plus transparents et souvent moins onéreux grâce à des solutions clés en main. Avec Cuvva, vous vous assurez une voiture en un clin d’œil pour une courte durée, par exemple, si vous empruntez la voiture d’un ami pour le week-end…

Sur le modèle des banques mobiles, le client prend le pouvoir en créant sa propre offre d’assurance. Trov permet d’assurer n’importe quel objet à tout moment en un swipe. L’application joue alors le rôle de plateforme mobile pour les assureurs en tissant des partenariats avec ces derniers. La promesse de ces start-ups est d’améliorer l’expérience utilisateur et de supprimer l’opacité d’un système due à une forte asymétrie d’informations entre l’assuré et l’assureur.

Le triangle immédiateté-data-proactivité est au cœur de cette révolution portée par des start-ups comme Cuvva et Trov.

L'application Cuvva
L'application Cuvva

Assurez-vous instantanément

La force première de ces applications est de permettre de s’assurer instantanément. Ainsi, l’utilisateur fait ses propres choix quand il le veut, en fonction de ses besoins. L’assurance prend effet immédiatement, pour un temps défini (Cuvva) ou non (Trov).

De plus, les utilisateurs ont un accès immédiat aux prix réels du marché. Par exemple, en photographiant son iPhone pour l’assurer, on peut connaitre instantanément la valeur réelle de son bien et suivre sa dépréciation dans le temps. Cela permet en outre de bénéficier d’un coût d’assurance adapté à la valeur exacte de son bien.

Autre avantage, la rapidité de déclaration d’un sinistre. Trov permet par exemple de faire une réclamation en cas de casse, de perte ou de vol via un robot conversationnel. Ce dernier demande quelques précisions à l’utilisateur comme le type de réclamation ou la date à laquelle l’incident est survenu. Ce bot est même disponible sur internet dans le cas où le téléphone serait l’objet de la réclamation.

Le big data comme force

Les assureurs à la demande ont également largement investi le champ des données. Trov dispose par exemple d’une base de données considérable lui permettant de connaître le prix de presque n’importe quel objet ainsi que leur dévaluation dans le temps. C’est d’ailleurs son cœur de métier à l’origine.

Grâce à cette maîtrise fine des données, Trov propose une offre d’assurance extrêmement fine,  permettant ainsi à un particulier d’assurer uniquement son ordinateur ou sa guitare. Vous assurez alors chaque objet en fonction de sa valeur actuelle sur le marché.

Cuvva fonctionne sur un modèle comparable. L’utilisateur a uniquement besoin de saisir le numéro de la plaque d’immatriculation de la voiture qu’il s’apprête à conduire. L’assureur en déduit alors le prix de l’assurance pouvant aller d’une heure à plusieurs jours.

L'application Trov
L'application Trov

L’assuré devient son propre assureur

La principale force de ces pure players mobile est de permettre aux utilisateurs de devenir leur propre assureur rapidement et simplement.  Sur Trov, par exemple, assurer un bien peut se faire en un clic : vous rentrez tous les objets auxquels vous tenez en les prenant en photo, que vous souhaitiez les assurer tout de suite ou non, et d’un swipe vous pouvez couvrir ce que vous allez emporter en vacances.

Cette gamification de l’assurance contraste largement avec le modèle traditionnel où les démarches sont lourdes et parfois peu compréhensibles pour le client.

En plus d’une couverture ponctuelle, Trov peut être utilisé en complément d’une police d’assurance existante. Par exemple, vous pouvez avoir votre téléphone couvert contre le vol grâce à votre assurance habitation. Trov va, dans ces cas là, vous permettre d’assurer votre téléphone contre la perte ou la casse si vous le souhaitez.

Avec ces apps mobile, l’utilisateur gère ses propres risques en choisissant ce qu’il assure, quand il l’assure et sur quelle durée.

Vers la fin des assureurs traditionnels ?

Les assureurs traditionnels se sentent encore en sécurité pour deux raisons. La première repose sur leur business model solide et ancré dans le temps. Il n’est pas remis en cause dans la mesure où les nouveaux acteurs ne sont que des intermédiaires entre le client et la compagnie d’assurance. Ces dernières continuent d’être les véritables assureurs même si elles perdent certains apanages liés à la relation client. Trov, par exemple, a pour partenaire Suncorp en Australie et Axa en Grande-Bretagne. La seconde raison est que le modèle des pure players mobiles ne s’adapte pas à tous les usages. Certaines couvertures n’ont pas vocation à devenir des produits de l’assurance à la demande. C’est, par exemple, le cas de l’assurance habitation, notamment obligatoire pour les locataires ou de la couverture auto imposée au propriétaire de véhicule.

Toutefois, ces apps font partie d’une vraie révolution. Elles rendent à la fois flexible, immédiat et transparent le monde de l’assurance. En outre, elles proposent une véritable expérience, notamment via la gamification de l’assurance et la pro-activité de l’utilisateur. Si cette expérience sera très probablement du goût de la génération des millenials, certains adultes y trouveront aussi leur compte. En ce sens, ces nouveaux acteurs prendront certainement une part du gâteau de la clientèle des compagnies d’assurance.

Finalement, à une époque où de nombreux secteurs aux acteurs ancestraux subissent des disruptions darwiniennes, les assureurs traditionnels n’ont pas d’autre choix que d’évoluer.


Sébastien Louradour
Ecrit par
Sébastien Louradour
Analyste en stratégie pour Le Groupe La Poste à San Francisco, je suis et décrypte les dernières tendances dans la baie, du presse orange connecté à la dernière app de Google. Mes sujets du moment : intelligence artificielle, objets connectés et fintech. Mon défi à court terme : tester la Tesla model X.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*