Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

b8ta, les objets connectés repensés

B8ta : la distribution d’objets connectés repensée

Cyrille Bourdeaux
Cyrille
18 mai 2016

C’est à deux pas de la prestigieuse université Stanford, à Palo Alto, qu’une enseigne dédiée aux objets connectés a ouvert en décembre 2015. Baptisé b8ta, ce showroom est l’œuvre de quatre ex-ingénieurs de Nest qui entendent bouleverser les codes de la distribution.

En arrivant chez B8ta, on a l’impression d’avoir franchi le palier d’un magasin de luxe. Le design est épuré et une soixantaine de produits sont mis en avant sans packaging ni antivols. Parmi la sélection, on trouve pêle-mêle un drone Hexo+, la caméra d’intérieur Butterfleye ou encore la coque pour transformer son smartphone en polaroïd conçue par la startup française Prynt. Ces produits sont souvent introuvables dans d’autres magasins car sont développés par des startups pas assez matures pour la distribution de masse. C’est donc l’occasion de découvrir en avant-première des objets connectés qui ont pu susciter de l’engouement en ligne. C’est le cas, par exemple, du drone Lily capable de suivre son propriétaire dans ses exploits sportifs tout en le filmant depuis les airs.

Le magasin b8ta à Palo Alto

“Products not Packaging”

C’est en travaillant chez le fabricant d’objets connectés Nest que Vibhu Norby, Phillip Raub, Nicholas Mann et William Mintun ont imaginé B8ta. Ils remarquent alors la difficulté qu’ont les enseignes traditionnelles à démocratiser cette nouvelle catégorie de produits. Entassés sur des étagères dans des emballages, les objets connectés ne trouvent pas preneurs. Ils décident donc de replacer l’expérience physique au cœur du processus d’achat, le principal atout face à la montée du e-commerce.

Vibhu Norby, le PDG, explique :

« Les consommateurs préfèrent faire leurs achats en ligne car c’est plus pratique. En revanche, rien ne remplace l’espace physique en termes d’expérience client. »

 

Un écran tactile placé à côté des objets connectés donne des informations complémentaires comme les spécificités techniques, les usages et même les prix, s’ils sont disponibles chez d’autres revendeurs. Les vendeurs sont également dotés de smartphones pour faire des démonstrations aux clients.

« Les consommateurs préfèrent faire leurs achats en ligne car c’est plus pratique. En revanche, rien ne remplace l’espace physique en termes d’expérience client. » Vibhu Norby

Un business model original

Au-delà de l’aspect expérientiel, B8ta facilite la distribution pour les startups grâce à un modèle innovant. Au lieu d’acheter un stock qui est ensuite écoulé, le point de vente loue un espace aux constructeurs ainsi qu’un logiciel de gestion et d’analytique. Les startups peuvent ainsi gérer librement leurs prix et avoir des informations en temps réel sur le trafic et l’engagement. La location coûte environ 500 dollars par pied carré et B8ta perçoit également une commission de 15% sur les ventes réalisées. On est donc loin des 30-35% réclamés par les grosses enseignes comme Best Buy auxquels de nombreux frais (marketing, transports…) sont à rajouter.

B8ta conçoit son magasin comme un logiciel couplé à un espace physique qu’il met à disposition des startups. C’est un excellent modèle pour permettre à celles-ci de confronter leurs produits au regard des clients. Niveau clientèle, B8ta semble en revanche réservé aux adeptes de la première heure qui sont à l’affût des dernières technologies. La précocité des produits présentés empêchent une diffusion de masse. Il faut donc concevoir B8ta plus comme une étape vers ce qui reste la finalité : la distribution  dans les grandes enseignes.

La coque pour transformer son smartphone en polaroïd de la startup française Prynt
La coque pour transformer son smartphone en polaroïd de la startup française Prynt

Cyrille Bourdeaux
Ecrit par
Cyrille Bourdeaux
Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter