Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Blockchain_banque

Les banques appliquent déjà la blockchain

Ariane
Ariane
5 avril 2017

C’est en 2015 que l’on a commencé à vraiment entendre parler de la Blockchain, ce protocole informatique qui enregistre toute les transactions effectuées de façon infalsifiable dans un système décentralisé.

La technologie s’est fait connaître principalement grâce au Bitcoin, la monnaie cryptographique créée par le mystérieux Satoshi Nakamoto en 2008. Pour vous rafraichir la mémoire, vous pouvez vous reporter à cet article La blockchain ou la confiance redistribuée. Mais la Blockchain ne fait pas que garantir les transactions de Bitcoin. Système robuste, fiable, sécurisé, la Blockchain permet d’enregistrer et donc de garantir différentes transactions financières : échanges monétaires, exécution d’un ordre boursier, micro-paiements, transferts etc.

L’engouement pour la technologie est réel, comme en témoigne le montant en capital risque investi sur les startups qui l’utilisent, et qui a dépassé le milliard de dollar (source), et ce dans un contexte de ralentissement global des investissements de capital risque. Quelles sont les implications de ces développements technologiques pour le monde de la banque ?

Les avantages de la technologie Blockchain: des transactions synchrones

Les banques ne restent pas inactives face à cette innovation. Elles s’approprient la technologie pour l’intégrer au cœur de leurs systèmes actuels, soit en s’associant avec des startups de l’écosystème Blockchain, soit en développant en interne des Blockchains privées.

Le premier avantage apporté par la technologie Blockchain est de ne pas dissocier les des deux parties concernées par une transaction. La Blockchain pourrait se comparer à un livre de compte virtuel et sécurisé dans lequel les transactions sont bilatérales et synchrones. Cela évite de perdre beaucoup de temps au moment de l’exécution d’un contrat, du temps normalement passé à vérifier la conformité des dossiers des deux parties. La trace digitale permet aussi d’assurer leur vérifiabilité, diminuant le risque de fraude.

Des fonds transférés en quelques secondes

HSBC est par exemple en train de tester une plateforme développée par Intel pour le courtage des Bons du Trésor américain (source). Les banques UBS et Santander ont fait appel à Ripple, une compagnie basée à San Francisco et soutenue par Alphabet (société mère de Google), pour effectuer des transferts de fonds internationaux en quelques secondes (source), au lieu de plusieurs jours… Le protocole développé par Ripple (Ripple Consensus Protocol ou RCP) facilite les opérations de swap de devises[i], les transferts de fonds et transactions internationales.

Des contrats intelligents

Les cas d’utilisation de la Blockchain vont plus loin que le monde des paiements. Barclays expérimente avec les « contrats intelligents » (smart contracts) qui utilisent la technologie de la Blockchain pour des transactions de produits dérivés[ii] qui concernent en général plus de deux parties. L’avantage d’utiliser la Blockchain est que le moindre changement dans l’un des termes du contrat opéré par une des parties est visible à l’identique par l’autre partie.

On le voit, l’attrait pour les banques tient principalement à la possibilité de réduction des coûts. Les transactions qui passent par la Blockchain sont plus rapides et moins chères que les transactions traditionnelles qui doivent passer par les chambres de compensation et de clearing.

Les facteurs de frein

Le facteur frein est – comme souvent – celui de la lenteur de la mise en place d’un cadre légal définissant les règles d’utilisation des systèmes de Blockchain. Mais l’écosystème se met peu à peu en place, avec la collaboration d’acteurs qui s’étaient souvent retrouvés en position de compétiteurs plutôt que de coopérants : les banques et les startups FinTech.

[i] Accord conclu entre deux parties qui s’échangent un montant déterminé de devises étrangères.

[ii] Un contrat entre deux parties, un acheteur et un vendeur, qui fixe des flux financiers futurs fondés sur ceux d’un actif sous-jacent, réel ou théorique, généralement financier.


Ariane
Ecrit par
Ariane Zambiras

Partagez cet article

Partager
Commentaires (2)

Les commentaires sont fermés.

  1. jul dit :

    Sauf que sur un blockchain “privé”, la complexité de la découverte de bloc n’est pas nécessaire.
    Les blocs ont pour objectifs et stocker et valider les transaction.
    Il suffit que l’algorithme permette une production de bloc constant voir “a la demande”.

  2. Lamothe dit :

    Bonjour,

    Concernant la rapidité des transferts et des échanges le Bitcoin par exemple avec 7 transactions par secondes n’est pas un modèle de rapidité (Visa gère 1500 transactions secondes)
    La rapidité évoquée ci dessus est due au transfert direct d’argent entre les parties et pas forcement la technologie (paypal fait aussi rapidement entre deux comptes).

    L’augmentation constante des ressources néscessaires au minage de nouveaux blocs, engendre un problème de fiabilité les acteurs étant de plus en plus réduits ce qui peut engendrer des dérives par des tentatives d’altération de la chaine.

    Reste encore quelques défis a surmonter pour la Blockchain …

S’inscrire
à la newsletter