Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

pollution_cover-yellow-vision-yellow-innovation

Ces startups qui nous protègent de la pollution atmosphérique

Jean Pierre Fourcade
Jean Pierre
16 janvier 2017

Si vous vous sentez léthargique, fatigué, irrité ou avez des rhumes constants et des problèmes respiratoires, alors vous pouvez avoir un problème lié à la qualité de l’air.

Pendant des semaines en décembre dernier, le nord de la Chine a été couvert d’un épais brouillard toxique. Cela a été l’un des pires épisodes de pollution atmosphérique que le pays ait connu, touchant plus de 460 millions de personnes. En France, les émissions de polluants atmosphériques ont chuté depuis 1990. Mais de gros progrès restent à faire, surtout dans les zones urbaines, les zones industrielles et paradoxalement dans les campagnes: ces polluants devenus beaucoup moins visibles et plus subtils sont portés au gré des vents et à travers les frontières.

Ne pensez pas que vous êtes plus protégés à l’intérieur des habitations. La pollution de l’air intérieur peut-être bien plus importante et la causes de maladies. Sachant que nous pouvons passer jusqu’à 90% de notre temps à l’intérieur d’une habitation, le risque d’effets néfastes sur la santé est important. L’air intérieur peut être pollué par un certain nombre de substances nocives.

En entreprises et particulièrement dans les openspace, le paramètre le plus important est le niveau de dioxyde de carbone. Les gens expirent le dioxyde de carbone et dégagent un mélange de produits chimiques. Le niveau de dioxyde de carbone peut être utilisé comme un indice de la charge d’occupation d’une zone par rapport à la quantité de ventilation fournie par l’air. Heureusement des start-up dans tous les pays se mobilisent en proposant des initiatives pour lutter contre la pollution de l’air.

FLOW pour mesurer la qualité de l’air

La Start-up parisienne Plume Lab  spécialisée dans le quantified environnemental après avoir effectué une première levée de fond de 4 millions d’euros en novembre dernier, a présenté au CES, FLOW un capteur portatif intelligent et connecté à un smartphone permettant à chacun de mesurer son exposition à la pollution en live.

Flow permet de mesurer en temps réel les différents polluants comme le niveau de particules fines, l’oxyde d’azote, l’ozone et aussi la température et l’humidité. Plume Labs souhaite créer une communauté d’utilisateurs du Flow. Tout comme Netatmo avec sa communauté de stations météorologiques.

Wair vous protège des particules fines à l’extérieur

La start-up Wair qui était également présente au CES propose un foulard Fashion tech antipollution promettant de bloquer 99% de particules fines et autres polluants en utilisant des filtres astucieusement dissimulés derrière le tissu placés au niveau du nez et de de la bouche. Ces filtres compotent 3 couches, une couche composée de charbon actif, une couche bactéricide et une couche filtrant les particules, notamment les fameuses particules fines PM2.5 et PM10. Ils sont modulaires et peuvent être changés permettant ainsi de pouvoir laver l’écharpe. Des mini-ventilateurs permettent de fluidifier l’air en apportant de l’air frais et respirable.

Wair est aussi connecté via une application dédiée SUP’AIRMAN sur iOS et Android pour se renseigner sur la qualité de l’air environnant lors des déplacements. Une alerte vous avertit lorsque le taux de pollution dépasse un certain seuil et qu’il devient préférable de porter son foulard sur le nez. L’application propose également en fonction de votre destination de trouver le parcours le moins pollué.

Wair-yellow-vision-yellow-innovation

Air Serenity purifie l’air de son intérieur

Air Serenity est une start-up française créée en 2012 qui a mis au point un purificateur d’air 50 fois plus efficace que les précédents, combinant de multiples technologies brevetées.

La technologie brevetée d’AIR SERENITY se base sur une cartouche de plasma qui retient efficacement les divers polluants. L’air circule dans une cartouche qui fitre par étapes successives les particules fines et autres allergènes tels que les poils de chats, les acariens, …

En outre, le plasma va détruire les virus et bactéries, réduisant ainsi la propagation des maladies. Cette technique de stérilisation est utilisée classiquement dans les hôpitaux. Le purificateur est également efficace également contre l’asthme, les mauvaises odeurs, ou encore les pollutions microbiennes.

Diya One : un robot 100% français qui prend soin de l’air des employés

La start-up, Partnering Robotics a créé Diya One un robot chargé d’analyser et de purifier l’air de nos environnements de travail.

Ce purificateur d’air se présente sous la forme d’un robot d’environ 80 cm de haut. Il est doté d’algorithmes d’intelligence artificielle lui permettant de se déplacer de manière autonome de passer des portes ou de prendre l’ascenseur. Sa mission est de traquer les particules fines et autres composés organiques volatils tout en créant autour de lui une bulle d’air purifié avant de reprendre son chemin pour traquer la pollution au sein de l’entreprise.

Un veritable enjeu

Nous sommes heureusement encore loin du smog chinois ou indien mais néanmoins, la pollution aux particules fines est particulièrement dense dans certaines zones de France. La pollution de l’air, extérieur comme intérieur est devenu un enjeu phare pour la santé des populations des villes sachant, comme le souligne l’OMS, que 6,5 millions de décès par an dans le monde sont à imputer à celle-ci.

Voici la carte visuelle qui indique la qualité de l’air en temps réel dans le monde :


Jean Pierre Fourcade
Ecrit par
Jean Pierre Fourcade
A la frontière entre l’information, la recherche et le développement, ma mission est de surveiller l’évolution des technologies dans des domaines bien déterminés mais aussi au-delà. Je suis très souvent connecté sur de nombreux réseaux pour alimenter ma soif de connaissances par mes explorations dans le nouveau monde du numérique.

Partagez cet article

Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter