Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

deep_tech

La Deep Tech au coeur des grandes ruptures technologiques

Jean Pierre Fourcade
Jean Pierre
28 novembre 2017

Après le temps des start-up du Web qui comme Uber ont utilisé le numérique pour optimiser l’expérience utilisateur voici venu le temps des start-up de la Deep Tech qui surfent sur l’innovation de rupture issue directement des laboratoires de recherches.

Il s’agit, pour cette nouvelle génération de start-up qui s’engagent dans ce domaine, de repousser les frontières technologiques grâce aux dernières avancées scientifiques. Elles créeront inévitablement de véritables ruptures dans nos modes de vie. Les Deep-tech, dont l’abréviation signifie « deep technological innovations », s’appuient sur des technologies de pointes dans de nombreux domaines tels que les nouveaux matériaux comme le graphène , les biotechnologies, les nanotechnologies, l’informatique quantique, la robotique et l’intelligence artificielle. Ces technologies émergentes figurent pour la plupart dans le « Hype Cycle » du Gartner. Ces  nouvelles Start-up démontrent enfin que la recherche et l’innovation sont bien complémentaires.

Les gouvernements européens semblent avoir bien pris conscience de l’enjeu  stratégique des Deep-tech à l’image du président technophile de la France, Emmanuel Macron, qui dans son discours du 26 septembre dernier à la Sorbonne, sur sa vision de l’Europe, a proposé de créer « une Agence européenne pour l’innovation de rupture », d’ici à deux ans.

Voici une sélection française de ces start-up de la Deep Tech qui vont changer voir révolutionner notre avenir et notre société.

Airthium développe une super-batterie innovante à air comprimée.

Le stockage de l’énergie renouvelable constitue depuis de nombreuses années un défi pour beaucoup d’organismes de recherche et pour tous les grands énergéticiens. Et aussi au-delà du stockage comment réutiliser au mieux ces énergies vertes ? Voici la réponse apportée par cette jeune Start-up.

Après plusieurs années de développement à l’École polytechnique d’Orsay, la startup Airthium, fondée par Andrei Klochko en mai 2016, a relevé le défi de développer une super-batterie électrique ne possédant aucun agent chimique. Cette super-batterie permet de stocker une grande quantité d’énergie propre et renouvelable puis la redistribuer à grande échelle avec un rendement de 70% et à un prix compétitif. Le principe est d’utiliser le stockage d’énergie thermodynamique pour stocker et restituer l’énergie électrique.

CAILABS : le futur des réseaux de télécommunication.

Aujourd’hui, bon nombre d’entreprises sont confrontées à un sous dimensionnement de la capacité en bande passante de leur réseaux locaux même si ceux-ci soient déjà constitués de fibres optiques. Voici un nouveau défi technique relevé, permettant accroître la capacité d’un réseau de télécommunication à moindre frais.

Issu des laboratoires de la recherche fondamentale en optique, la start-up Rennaise CAILABS développe des composants électroniques qui permettent de multiplier jusqu’à 400 fois le débit des réseaux de fibre optique. Leur innovation se base un outil qui transforme la forme de la lumière au sein des fibres optiques pour démultiplier le débit à plusieurs gigabits.

Novagray développe des tests prédictifs des effets secondaires de la radiothérapie.

Dans la  lutte contre le cancer, la radiothérapie est encore aujourd’hui, pour une personne sur deux atteintes d’un cancer, l’une des principales thérapies pour traiter les cancers.

La start-up montpelliéraine NovaGray, co-fondée par Clémence Franc, développe des outils numériques permettant de prévenir des effets secondaires dans le traitement par radiothérapie du cancer du sein, de la prostate et du poumon. Cet outil numérique utilise les algorithmes pour calculer, dès les premiers tests sanguins des patients, les risques de séquelles à long terme après l’absorption de rayons de la radiothérapie. Le résultat de ce calcul est alors communiqué en moins d’une semaine au radiothérapeute et à sa patiente.

POIETIS le spécialiste français de la bio-impression 4D.

Aujourd’hui et dans l’avenir il y a de plus en plus de personnes en attentes de recevoir un organe pour une greffe et c‘est là que la technologie de bio-impression, permettant d’obtenir des modèles complexes multicellulaires, pourrait répondre à la demande des patients.

Poietis est une start-up girondine, qui a pris source dans les laboratoires de l’Inserm, spécialisée dans la bio-impression industrielle de tissus biologiques assistée par laser. L’impression 3D des tissus biologiques s’effectue par dépôts couche par couche de micro-gouttes d’encres biologiques. L’objectif avoué par le fondateur, Fabien Guillemot, serait d’ici à cinq ans de pouvoir produire de la peau humaine qui serait alors greffée sur des patients.

DRACULA  Technologies le fournisseur d’énergie des appareils nomades.

Avec le développement à profusion des objets connectés et nomades, le monde communicant doit aujourd’hui relever le défi de son alimentation énergétique. Pour répondre à cet enjeu, il est nécessaire de développer des dispositifs de génération d’énergie qui sont à la fois transportables, performants et respectueux de notre environnement.

La start-up Dracula Technologies, installée à Valence dans la Drôme et qui a été accompagnée par le programme Easytech, développe des solutions photovoltaïques et électroluminescentes qui permettent aux objets connectés d’être autonomes en énergie.

Leur technologie repose sur un  procédé innovant qui permet de réaliser des cellules photovoltaïques organiques et souples par une simple impression numérique consistant à déposer de fines couches d’encre sur un film plastique. Il en résulte des dispositifs souples et légers pouvant être réalisés sur mesure et ainsi qui peuvent s’adapter sur n’importe quel support comme des sacs à dos ou tout autre support nomade.


Jean Pierre Fourcade
Ecrit par
Jean Pierre Fourcade
A la frontière entre l’information, la recherche et le développement, ma mission est de surveiller l’évolution des technologies dans des domaines bien déterminés mais aussi au-delà. Je suis très souvent connecté sur de nombreux réseaux pour alimenter ma soif de connaissances par mes explorations dans le nouveau monde du numérique.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter