Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

img-site 1-1800x1800-V2

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les emojis

LD
Lilas
23 juillet 2018

Maîtrisez-vous toutes les subtilités des emojis ?

Selon le site Emojitracker, qui recense en temps réel l’utilisation des emojis sur Twitter, 250 à 350 emojis sont tweetés par seconde. On y retrouve des emojis pour ponctuer des messages, pour remplacer un mot, ou des expressions en entier.

Créés à la fin des années 1990 au Japon, les emojis sont aujourd’hui au nombre de 2823 (juin 2018). Leur nombre a considérablement augmenté ces dix dernières années, à la faveur de l’adoption massive du smartphone. Mardi 17 juillet 2018 était d’ailleurs la journée mondiale des emojis : une occasion toute trouvée pour revenir ce phénomène de pop culture.

L'emoji dab, sujet d'une pétition sur Change.org pour être ajouté au catalogue d'Apple - Image : Nathan Garza
L'emoji dab, sujet d'une pétition sur Change.org pour être ajouté au catalogue d'Apple - Image : Nathan Garza

Une affaire de traduction

La création des emojis (« image » (e) + « lettre » (moji) en japonais) remonte à 1998. Selon Wikipedia, le premier jeu de 172 emoji de 12×12 pixels a été conçu comme une caractéristique spécifique de la messagerie i-mode, pour faciliter la communication électronique et la démarquer de services concurrents. Ce n’est qu’en 2010 que les emojis font leur entrée au consortium Unicode, qui “standardise lettres et caractères des langues sur les ordinateurs et téléphones pour assurer la communication optimale entre différents appareils”. C’est grâce à Unicode que l’emoji danseur va correspondre entre les différents OS et plateformes, et éviter l’affichage d’un symbole [].

De multiples correspondances de l'emoji danseur
De multiples correspondances de l'emoji danseur

En 1999, quand les emojis ont fait leurs débuts sur les téléphones portables japonais, les 176 caractères originaux étaient destinés à représenter des informations basiques comme la météo ??, le trafic ?, si votre petite amie était ?? ou ?. Mais depuis, leur nombre a explosé. Selon le magazine Wired, l’Oxford English Dictionary ajoute environ 1 000 nouveaux mots chaque année (inventions comme “ransomware” et “mansplain”) aux 600 000 mots existants dans le dictionnaire. Unicode intègre de nouveaux emoji environ 35 fois plus rapidement : en 2017, 157 nouveaux symboles ont été ajoutés aux 2623 déjà utilisés. L’organisation Unicode gère aussi des nouvelles propositions d’emojis : chaque année, un vote désigne les candidatures les plus prometteuses, qui seront ensuite intégrées au corpus de chaque plateforme.

À l’heure actuelle les emojis maté, sari, chien d’aveugle ou encore falafel attendent ainsi une approbation finale. Pour passer les fourches caudines de la sélection, chaque proposition doit être motivée sérieusement (voir l’argumentaire rédigé pour Emojitracker) et sera examinée pendant 18 mois. Courant août devraient apparaître sur nos terminaux 157 nouveaux emojis, soumis en 2017 et intégrés à Unicode 11.0.

United colors of emojis

Car toute la beauté des emojis, c’est qu’ils sont les témoins de notre temps. En 2015, Unicode a ainsi ajouté davantage de diversité en laissant la possibilité à l’utilisateur de choisir genre et couleur de peau. Mais le combat pour la diversification des emojis n’est pas fini. Le groupe Emojination s’est fixé pour mission de soumettre des candidatures plus représentatives au consortium Unicode, dont les 12 membres sont 9 groupes américains (dont Apple, Google, Oracle, Microsoft ou encore IBM), la compagnie chinoise Huawei, l’entreprise de softwares allemande SAP et le gouvernement d’Oman. L’association, dont le slogan est “Emoji par le peuple, pour le peuple”,  a réussi à faire passer au bout de 18 mois de processus de sélection une poignée d’emojis ayant reçu l’appui de groupes culturels ou d’entreprises. L’emoji se transforme en véritable soft power. Et à mesure que le vocabulaire s’élargit, nous gagnons de nouvelles façons de communiquer nos idées, nos croyances, nos sentiments et nos identités.

Capture d'écran du site Emojination.org
Capture d'écran du site Emojination.org

La “lingua franca” du numérique

Récemment, le site du très sérieux New York Times demandait à ses lecteurs s’ils étaient capables de traduire des séquences d’emojis sans faire d’erreurs de compréhension. Et ce n’est pas si simple que ça. En s’immisçant dans les conversations numériques, les emojis, à la manière des idéogrammes chinois ou des hiéroglyphes égyptiens apparaissent comme un langage à part entière. Certains symboles ne peuvent même pas être compris de manière littérale : au contraire c’est l’association de plusieurs symboles qui crée le sens. Aujourd’hui, sur Instagram, près de la moitié des messages contiennent des emoji, une tendance qui a commencé en 2011 lorsque iOS les a ajoutés au clavier. En devenant plus populaires, les emojis se substituent au langage : ? remplace LOL ou MDR. “Les emojis permettent de transmettre des nuances émotionnelles. Ils essaient de résoudre l’un des grands problèmes de l’écriture en ligne, à savoir que vous avez les mots mais que vous n’avez pas le ton de la voix”, explique Gretchen McCulloch, linguiste et auteure, dans Wired. Leur autre richesse, c’est le fait que leur signification peut être complètement ouverte, et “décidée” par ceux qui les utilisent. “On pourrait se dire que ça les éloigne du langage, mais en réalité les amis utilisent cette malléabilité pour doter les emoji d’une signification toute personnelle. (Ma femme et moi utilisons la statue de l’île de Pâques pour exprimer l’absurdité.)”, écrit Clive Thompson dans Wired. Après tout, pourquoi je t’aime ne serait-il pas ?? plutôt que ?? ?


LD
Ecrit par
Lilas D
Journaliste, chercheuse et consultante. Depuis Berlin, j'écris sur les enjeux sociétaux des technologies et questionne le futur que nous sommes en train de construire.
Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter