Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Apps-ecolo

Envie d’être plus écolo ? Il y a une app pour ça

Philothée
Philothée
25 juin 2018

Pour aider les consommateurs à adopter des comportements plus écolo au quotidien, une multitude d’apps se développent en parallèle des initiatives des pouvoirs publics.

Selon l’Enquête sur les pratiques environnementales des ménages (Epem) réalisée en mars 2016 par le Service de la donnée et des études statistiques, (SDES), les Français ont envie d’être écolos : 57% des interrogés “s’emploient à faire ce qui est bon pour l’environnement, même si ça coûte plus cher”, 85% trient régulièrement les déchets et 60% “prêtent attention aux écolabels quand ils achètent des produits d’hygiène”. Mais ils sont aussi nombreux (53%) à se dire qu’ils pourraient en faire plus pour protéger l’environnement. Trier les déchets, éteindre la lumière quand on sort d’une pièce, prendre une douche plutôt qu’un bain commencent à être des réflexes bien installés. Mais quand on veut faire plus, il n’est pas toujours facile de savoir par où commencer. Heureusement, il y a tout plein d’apps pour ça. Yellow vous aide à faire le tri.

Acheter différemment

Réduire son empreinte environnementale passe notamment par réduire celle des produits qu’on achète. Si l’étiquetage de certains produits (l’étiquette énergie pour le matériel électroménager par exemple) aide le consommateur à mieux se repérer, c’est moins facile pour d’autres catégories de produits ou d’autres indicateurs. C’est ce qu’entendait résoudre Noteo, une app qui permet de scanner n’importe quel produit pour connaître son impact global (sur l’environnement, la santé, le social et le budget), résumé dans une note sur 10. Noteo fonctionne toujours, mais l’entreprise a déposé le bilan en 2016, ce qui signifie que le catalogue des produits n’est plus actualisé. Dommage, mais il y en a d’autres, comme Ecocompare. Celle-ci va encore plus loin : elle évalue des produits qui se présentent comme écologiques selon une série de critères concernant la fabrication, l’utilisation et le recyclage du produit.

Le système de notation de Ecocompare

Sur le même principe, certaines applications se spécialisent, comme CleanBeauty et CosmEthics qui, comme leurs noms l’indiquent, permettent de mieux comprendre ce qui se cache dans les produits cosmétiques. Plus basique mais bien utile, il existe aussi une app pour vous aider à choisir des fruits et légumes de saison, simplement appelée Les Primeurs. Et enfin, pour vous récompenser de toutes ces bonnes actions, Le Club Bio rapporte des points à chaque achat de produit bio, lesquels sont convertis en cadeaux — incidemment, cela permet de faire progresser la filière du bio.

Mieux gérer ses déchets

La gamification est en effet un levier assez efficace pour encourager l’adoption de pratiques plus durables. C’est l’idée derrière Run Eco Team, une app de running lancée par le Nantais Nicolas Lemonnier pour encourager le “plogging”. Contraction de plocka upp (“ramasser” en suédois) et de “jogging”, cette pratique venue du Nord de l’Europe consiste à ramasser les déchets que l’on trouve sur son chemin quand on fait son jogging. L’initiative a été adoubée par Mark Zuckerberg himself, et l’app veut aussi permettre aux collectivités de mieux identifier les zones les moins propres et d’agir pour les assainir.

Rayon gestion des déchets, les apps pullulent. Certaines sont assez classiques, comme le Guide du Tri, par Éco-Emballages, qui aide à y voir clair dans les règles du tri, et d’autres plus marrantes, comme Reductor, lancée en 2011 par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) : un jeu dans lequel l’utilisateur doit réussir à réduire son “monstre déchet” en collectant des éco-gestes et en éliminant les déchets. Super Compost, lancée par le Conseil départemental du Puy de Dôme, aide le consommateur à composter ses déchets organiques correctement, tandis que Zero Waste Objective propose des missions pour réduire sa production de déchets au quotidien. Mentionnons aussi quelques outils utiles pour réduire le gaspillage alimentaire, comme Too Good To Go, qui permet aux commerçants d’écouler leurs invendus à des prix réduits auprès de particuliers, et Frigo Magic ou encore Foodfully, qui suggèrent des recettes en fonction de ce qui traîne dans votre frigo et que vous ne savez pas comment accommoder.

Capture d'écran du jeu "Reductor" de l'ADEME

Trouver son coach

Enfin, si vos besoins de citoyen écolo ne sont pas si spécifiques que ça et que vous cherchez plutôt un accompagnement global sur le chemin d’une vie plus durable, ça existe aussi. L’application 90 jours, lancée au moment de la COP21 de Paris, est un “assistant personnel de transition écologique” qui suggère chaque jour un nouveau défi pour modifier ses habitudes en douceur : coller un autocollant stop-pub sur sa boîte aux lettres, acheter une gourde à emporter partout, éviter l’huile de palme, afficher un tableau des fruits et légumes de saison dans sa cuisine, etc.

Astuces Écolo, elle, répertorie plus de 300 idées pour changer son quotidien : fabriquer son propre dentifrice ou réaliser ses conserves soi-même, isoler naturellement une pièce de sa maison, apprendre quels poissons il vaut mieux consommer, etc.

Dans les deux cas, l’idée est de rendre les gestes écolo les plus indolores possibles en les intégrant aux habitudes quotidiennes, et de montrer qu’on peut tous agir à notre échelle. Toujours selon l’enquête Epem, 31 % des Français “pensent qu’il n’est pas très utile de faire des efforts individuellement si les autres n’en font pas eux-mêmes”. La généralisation de ces apps ne peut que combattre l’illusion selon laquelle on est seul à agir.


Philothée
Ecrit par
Philothée Gaymard
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter