Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

drone

Le futur de la livraison : autonome et dans les airs

Sébastien Louradour
Sébastien
31 août 2016

Les annonces se sont succédées ces dernières semaines sur l’avancée de la livraison par drône : Flirtey vient de tester son premier vol commercial aux Etats-Unis et Amazon a obtenu l’autorisation de réaliser des tests au Royaume-Uni. Le drone est désormais considéré comme un moyen sérieux de répondre au besoin de livraison 24/24.

Le 22 juillet dernier, Flirtey réalisait à Reno dans le Nevada le premier vol autonome de livraison de biens de consommation à un particulier aux Etats-Unis. L’heureux destinataire avait passé sa commande auprès du 7-Eleven local pour recevoir, par les airs, un sandwich au poulet, des donuts, un café chaud et un gobelet de glace pilée aromatisée.

Flirtey, start-up lancée en 2013, n’en est pas à son premier coup d’essai. En juillet 2015 déjà, la société réalisait la première livraison par drône aux Etats-Unis en transportant 24 kits de soin d’urgence.

La start-up a également monté un partenariat avec Domino’s Pizza pour livrer des pizzas aux particuliers par les airs. Le spécialiste de la pizza a en effet décidé de miser sur la livraison autonome dans les airs comme sur la route comme je l’évoquais dans un précédent article. Pour démarrer, les deux sociétés vont réaliser des tests en Nouvelle-Zélande, pays dont la réglementation aérienne civile est la plus généreuse avec les drones.

En juin 2015, Flirtey réalisait la première livraison de biens aux Etats-Unis

Une réglementation aérienne qui évolue favorablement

Il faut dire que le vol des drones est particulièrement réglementé, pour des raisons évidentes de sécurité aérienne mais également de protection de la vie privée. Pour autant, on les voit peu à peu évoluer en faveur du vol de drones. En Australie, en avril dernier, la réglementation a évolué en faveur d’un assouplissement des règles de vol des drones. Les opérateurs de drones commerciaux transportant moins de deux kilos de marchandises n’ont plus à se soumettre à une panoplie d’autorisations avant de démarrer leur activité. Il leur faudra en revanche respecter des consignes strictes en matière de vol : voler uniquement de jour, toujours avoir le drône en vue, etc.

Au Royaume-Uni, la direction de l’aviation civile a également décidé d’autoriser les vols de drones dans un contexte cette fois-ci très favorable au géant de Seattle, Amazon.

Amazon Prime Air s’élève

Le Royaume-Uni a décidé d’exempter Amazon des règles contraignantes en matière d’aviation civile afin de lui permettre de tester grandeur nature son projet Amazon Prime Air. Un moyen également pour le gouvernement britannique d’expérimenter une nouvelle réglementation permettant de gérer à terme un ciel fourmillant d’objets volants. Amazon pourra ainsi tester son drone en zone rurale et périurbaine au delà du champ de vision ainsi que l’évitement d’obstacles dans le ciel. Par ailleurs, les essais de drones autonomes pourront être réalisés sous la supervision d’un opérateur.

amazon_prime_air

Bien plus qu’une opération de communication

Selon le journaliste 

En considérant que le projet d’Amazon aboutisse, en une décennie, selon un rapport de la Deutsch Bank, l’entreprise pourrait avoir réussi à réduire de moitié le coût de chacune de ses livraisons. Cela aurait pour conséquence de battre par KO l’ensemble de l’industrie du commerce de détail…

Atteindre la livraison en 10 minutes

De nombreux modèles de livraison par drones sont actuellement testés ou envisagés. le Groupe La Poste a présenté au grand public son drône de livraison sur les Champs Elysées le 4 septembre. Celui-ci dispose d’une technologie lui permettant de transporter des colis allant jusqu’à 4 kg, bien plus donc qu’Amazon qui ne devrait pas dépasser les 2,3 kg. Mais surtout, il a la capacité de résister à des vents de 50 km/h, et de se déplacer sous la pluie ou la neige, un avantage réel pour maintenir un service même en cas de météo peu clémente.

Pour répondre aux enjeux de livraison du dernier kilomètre en zone urbaine dense, des drones pourraient par exemple livrer directement sur les toits des immeubles dans des coffres sécurisés pouvant s’ouvrir et se refermer automatiquement.

Amazon aurait également récemment travaillé sur une idée de camion jouant le rôle d’entrepôt mobile. Celui-ci serait approvisionné en fonction des besoins clients identifiés autour de sa zone de rotation. Un drône serait, ensuite, en mesure de collecter les colis dans le camion et de les livrer en 10 minutes… Il n’y a pas à dire, les drones sont loin d’avoir dit leur dernier mot.

Article mis à jour le 8 septembre.


Sébastien Louradour
Ecrit par
Sébastien Louradour
Rédacteur en chef de Yellow Vision, je décrypte les dernières tendances, essaye d'écouter les signaux faibles et de rendre l'ensemble compréhensible pour tous. Contactez-moi, j'échangerai avec plaisir !

Partagez cet article

Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter