Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Avez-vous déjà eu envie de changer de tête ? greffe

Avez-vous déjà eu envie de changer de tête ?

Jean Pierre Fourcade
Jean Pierre
1 août 2016

Âmes sensibles s’abstenir ! Des scientifiques chinois ont réussi une greffe de tête de singe sur un corps de la même espèce. L’opération pourrait être accessible aux humains dès 2017.

Le professeur Xiaoping Ren, déjà responsable de la première greffe de main, en 1999, veut tenter l’inédit : une greffe de corps qui pourrait ainsi permettre à des tétraplégiques de remarcher, en sectionnant leur tête au niveau du cou et en les recousant à un autre corps. La première greffe de tête humaine sur un corps (humain) pourrait avoir lieu dès décembre 2017.

La greffe ? Une pratique controversée…

Ce scientifique chinois, qui travaille en collaboration avec le neurochirurgien italien controversé, Sergio Canavero – surnommé “Docteur Frankenstein – a fait ses premières armes sur des souris.

À l’été 2015, ils ont effectué avec succès une greffe de tête sur un singe, qui a vécu pendant 20 heures (quoique sans aucune tentative de reconnecter sa moelle épinière) avant d’être euthanasié.

Ren refuse de révéler le nombre de transplantations en utilisant des cadavres humains ou de singes pratiqué par son équipe, mais affirme que son travail a le potentiel de sauver la vie des personnes paralysées à partir du cou ainsi que de patients cancéreux et de personnes souffrant d’insuffisance d’organes multiples.

Il est essentiel, selon lui, que les gens surmontent leur aversion innée de l’idée de la greffe de tête, et souligne que la société avait déjà réagi avec horreur à la notion de transplantations cardiaques et, plus récemment de la main et de greffes de visage.

Beaucoup de gens disent qu’une greffe de tête est contraire à l’éthique », annonce XiaoPing Ren. “Mais quelle est l’essence d’une personne ? C’est son cerveau et non le corps. Le corps est juste un organe.”

changer de tête

Un protocole innovant de chirurgie « Protocole GEMINI »

Un doigt conservé dans un congélateur peut être transplanté avec succès au bout de trois jours. Un rein ou un cœur, peut quant à eux, survivre pendant plusieurs heures. Mais avec un cerveau, vous avez seulement quatre minutes.

Trois questions chirurgicales clés doivent encore être pleinement résolues : comment couper la moelle épinière assez proprement pour être reconnecté avec les nerfs intacts ? Comment maintenir la pression artérielle pour garder le cerveau en vie après la décapitation ? Enfin, comment éviter le rejet d’organe après la greffe ?

  1. La première étape consiste en une hypothermie, à refroidir l’ensemble du corps, de la tête et du cerveau entre 10 et 20 degrés du patient et du donateur afin d’empêcher les cellules du cerveau de mourir pendant l’opération. Ensuite, le cou est partiellement sectionné et les vaisseaux sanguins d’un corps sont reliés de l’un à l’autre avec des canules. L’abaissement de la température est une technique bien  reconnue, utilisée pour la neurochirurgie complexe ou de la chirurgie cardio-vasculaire, qui permet au cerveau de limiter le besoin d’approvisionnement en sang et en oxygène pendant une période importante.
  2. La deuxième étape voit la moelle épinière sectionnée avec une lame très fine, un nano-couteau spécial, fait d’hydrogène permettant de minimiser les dommages. La tête de donneur est alors retirée, placée sur le corps du receveur. Les deux extrémités des moelles épinières doivent fusionner avec un mastic appelé polyéthylène glycol, un composé utilisé aussi bien en médecine que dans la fabrication industrielle.
  3. La dernière étape consiste à suturer les vaisseaux sanguins et la peau, le patient est maintenu dans un état comateux pendant trois à quatre semaines pour éviter les mouvements et permettre à la colonne vertébrale le temps pour fusionner. Les points de fusion seront également stimulés électriquement pour accélérer les connexions neuronales. Le patient sera, en outre, soumis à un régime de médicaments anti-rejets.

Selon le professeur, la réhabilitation du patient devrait s’effectuer dans un délai d’un an pour être en mesure de parler avec leur propre voix et de marcher.

Valery_Spridonov_greffe
Valery Spridovov

Trouver un volontaire et le financement.

Reste que l’intervention exceptionnelle sera extrêmement coûteuse. Aussi l’équipe Heaven / AHBR cherche d’ores et déjà des bailleurs de fonds indépendants, “comme Mark Zuckerberg” pour financer la procédure.

Les deux professeurs ont déjà un candidat ! Il s’agit de Valery Spridonov, un Russe de 31 ans. Son opération pourrait durer 36 heures, coûter 26 millions de dollars et mobiliser 150 médecins.

Valery Spridonov est un informaticien russe de 31 ans souffrant de la maladie de Werdnig-Hoffman, une affection provoquant une dégénérescence progressive des muscles. Ce dernier a récemment lancé un site internet où il vend des t-shirts et des tasses à son effigie, pour lever les fonds nécessaires à son opération.

Allez, ne faites pas la tête…

Rassurez-vous, pour le moment, j’ai encore la tête sur les épaules ! Mais il se peut qu’un jour, je perde la tête avant que le transhumanisme bouleverse nos vies, et sans doute plus rapidement que nous ne le pensons. Il est bien possible que demain, nous vivions réparés, prolongés, augmentés voire connectés…


Jean Pierre Fourcade
Ecrit par
Jean Pierre Fourcade
A la frontière entre l’information, la recherche et le développement, ma mission est de surveiller l’évolution des technologies dans des domaines bien déterminés mais aussi au-delà. Je suis très souvent connecté sur de nombreux réseaux pour alimenter ma soif de connaissances par mes explorations dans le nouveau monde du numérique.
Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter