Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

3d_printing_food

A table ! L’impression alimentaire 3D arrive !

Jean Pierre Fourcade
Jean Pierre
19 décembre 2017

Imprimer sa nourriture en 3D ne serait ce pas une façon délicieuse de réinventer ses repas ?

Aujourd’hui l’impression 3D s’est bien démocratisée auprès de la population pour la réalisation d’objet en plastique, mais encore peu de personnes associent l’impression 3D à l’alimentaire.

Les récentes innovations rendent désormais possibles à des machines de cuisiner afin de servir des aliments à une échelle commerciale. Les pionniers du secteur pensent que l’impression alimentaire 3D pourrait améliorer la valeur nutritionnelle des repas, tout en produisant des sculptures complexes à partir de produits comestibles.

L’impression d’additifs alimentaires utilise des matières consommables comme le chocolat, les pâtes, les légumes et même de la viande qui sont chargés dans une capsule. Les recettes sont préprogrammées et les ingrédients bruts sont réduits sous  forme de liquide ou de pâte afin qu’ils puissent être chargés dans des seringues ou des capsules sans danger pour les aliments. Ces composants alimentaires sont alors extrudés à l’aide d’une tête d’impression. La plupart de ces plats sont prêts à être consommés directement en sortie de l’imprimante, mais d’autres, comme ceux qui utilisent de la viande et du pain, doivent être cuits ou grillés dans un four par la suite. La nourriture imprimée en 3D est déjà utilisée dans certains restaurants gastronomiques et boulangeries, ainsi que pour créer des repas faciles à mastiquer pour les personnes âgées

Depuis 2017, il n’y a encore qu’une poignée d’imprimantes 3D professionnelles pour la nourriture dont la plupart sont encore des versions limitées ou en prototypage, mais certaines sont disponibles dans le commerce comme l’imprimante Foodini de la société Natural Machines.

foodini

Des repas imprimés pour les personnes âgées

Il ne faut jamais oublier l’importance du plaisir de manger. Ainsi la nourriture imprimée en 3D, combinant des formes et des couleurs attrayantes, peut amener les populations fragiles ou malades comme les personnes âgées ou les enfants atteints d’autisme, à mieux se nourir sur le plan psychologique et nutritionnel.

La société allemande Biozoon Food Innovations a développé le concept Smoothfood, qui permet de créer des repas imprimés pour les personnes âgées atteintes de dysphagie impliquant des difficultés à avaler et perdant ainsi leur plaisir à consommer des aliments. Cette entreprise utilise divers ingrédients frais comme le poulet, les carottes et d’autres ingrédients contenant tous les nutriments nécessaires aux personnes âgées. Ces ingrédients sont transformés en pâte puis imprimés sur une surface en recréant leur forme d’origine comme par exemple la forme d’une cuisse de poulet. Cela est rendu possible grâce à un gel comestible qui ajouté à la pâte extrudée de prendre une forme tridimensionnelle. Ce concept est déjà utilisé par de nombreux foyers de personnes âgées en Allemagne.

smothfood

Des chocolats 3D personnalisés pour Noël

La start-up Belge Miam Factory  est une chocolaterie basée à Gembloux qui a été lancée en décembre 2016. Elle est issue du Smart Gastronomy Lab de l’Université de Liège, qui étudie les technologies dans le secteur de la FoodTech. Cette société qui produit des objets en chocolat imprimés en 3D, reçoit des commandes d’hôtels, d’entreprises et de particuliers. Les prix varient grandement selon le type, la taille, la forme et le type de chocolat requis que ce soit du chocolat noir, au lait ou même du chocolat blanc.

Si vous souhaitez vous lancer dans la chocolaterie 3D vous pouvez aussi contacter Choc Edge, une société britannique basée à Londres auprès de laquelle vous pourrez vous procurer une imprimante Choc Creator V2.0 Plus qui permettra de développer votre créativité en matière d’impression de chocolat 3D.

chocolat_main factory

Un processus innovant d’impression 3D à croissance comestible

Une jeune designer néerlandaise Chloé Rutzerveld, étudiante en design industriel à l’université d’Eindhoven, a développé un concept de croissance comestible, en utilisant une impression 3D et des produits alimentaires qui font le pont entre les nouvelles technologies et les pratiques authentiques de culture.

L’imprimante 3D de Rutzerveld réalise un squelette de pâte qui une fois cuite devient agréable et croustillante et sert de récipient idéal pour tout le reste des ingrédients qui sont constitués de terre comestible à base d’algues, de spores, de graines qui deviendra une magnifique mini-viennoiserie. Ces amuse-gueules prennent environ cinq jours pour germer et il est délicieux d’observer la transformation spectaculaire avec la pousse des champignons et des jeunes pousses à travers la croûte croustillante.

Chloé Rutzerveld, masterstudent Industrial Design, Technische Universiteit Eindhoven, met project Edible Growth: a possible future food product created with additive manufacturing techniques, that unites nature, body and technology by combining authentic practices of growing and breeding food with emerging food technologies. Multiple layers containing seeds, spores and yeast are printed according to a personalized 3D file. Within five days the plants and fungi mature, while the yeast ferments the solid filling into a liquid. The product gradually transforms in shape while intensifying the taste, scent, texture and entire eating experience.

Peut-on déjà imprimer dans sa cuisine?

La plupart des imprimantes alimentaires 3D sont actuellement encore trop chères pour devenir un appareil électroménager courant pour notre cuisine. Cependant de la même manière que les imprimantes 3D de bureau abordables commencent à se démocratiser, il faudra attendre encore quelques années pour que nous voyons le même phénomène se produire pour les imprimantes alimentaires 3D.  Mais il est sûr que ce sera le début de quelque chose de passionnant et il sera fascinant de voir comment la technologie et la nourriture se combinent dans les années à venir.


Jean Pierre Fourcade
Ecrit par
Jean Pierre Fourcade
A la frontière entre l’information, la recherche et le développement, ma mission est de surveiller l’évolution des technologies dans des domaines bien déterminés mais aussi au-delà. Je suis très souvent connecté sur de nombreux réseaux pour alimenter ma soif de connaissances par mes explorations dans le nouveau monde du numérique.
Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter