Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Lecture

La liste de lecture pour être enfin maître de son temps

LD
Lilas
2 juillet 2019

Au moment où la pression pour maximiser la productivité semble particulièrement intense, quels sont les livres qui peuvent vous aider à adopter les bons réflexes pour être plus efficaces au travail ou encore mieux profiter de votre temps ? Yellow en a sélectionné trois.

Être productif est le Saint Graal de la vie de bureau : tout le monde aspire à l’être, pourtant peu parviennent à adopter les bonnes techniques sur le longterme. Avant de passer aux différents conseils distillés dans les livres sélectionnés, un petit rappel s’impose. Depuis l’invention par Taylor et Ford de la division du travail à la chaîne, la définition de la productivité a évolué.

En effet, ces derniers ont permis à leurs ouvriers de maximiser leur productivité pour exécuter de nombreuses tâches physiques, souvent pénibles et répétitives. Or aujourd’hui, dans le secteur des services, le sens de productivité a évolué avec les tâches qui composent une journée de travail. Aujourd’hui, gagner en productivité c’est permettre à chacun de mieux gérer son temps pour en avoir davantage pour ses propres projets ou pour soi-même. Quelles sont les techniques et les perspectives que ces trois livres peuvent nous donner sur la productivité ? Yellow résume ces trois approches distinctes.

Le programme de productivité proposé par Michael Hyatt sur son site dédié
Le programme de productivité proposé par Michael Hyatt sur son site dédié

L’entrepreneur qui se libère du surmenage

Free to Focus (en français traduit par “Enfin libéré du surmenage”) synthétise un ensemble de conseils testés par l’auteur Michael Hyatt, entrepreneur devenu coach. Ce dernier a patiemment organisé l’ensemble de ces nouvelles habitudes pour en faire un “système de productivité” où le lecteur apprendra à se concentrer sur les tâches importantes, à déléguer des tâches qui le sont moins ou carrément à les délaisser. D’autre part, l’approche d’Hyatt ne se cantonne pas uniquement au travail. En effet, l’entrepreneur évoque l’importance de cultiver d’autres activités permettant de recharger ses batteries telles que dormir beaucoup, avoir des passe-temps gratifiants ou encore cultiver des relations épanouissantes. Le livre se destine aux entrepreneurs et aux professionnels qui apprécient une approche guidée et des objectifs clairs à suivre, avec des conseils pratiques permettant de mieux savoir déléguer. Cependant, comme d’innombrables manuels de productivité, une grande partie des conseils sont relativement peu novateurs (faire la sieste, faire de l’exercice, ne pas faire plusieurs choses à la fois). Reste que leur mise en œuvre exige une assiduité soutenue à l’action. Ce que l’approche pas à pas du livre (en complément du site internet dédié) permet.

La prêtresse du temps maîtrisé

Laura Vanderkam, spécialiste de la gestion du temps, adopte une nouvelle approche du manuel de productivité : une fable. Si vous aimez plutôt apprendre par l’exemple et assimilez mieux grâce aux histoires, “Juliet’s School of Possibilities” (non traduit en français) s’avère être un bon candidat pour vous. Le livre prend pour point de départ la crise de Riley : une femme américaine stressée, consultante d’affaires toujours à l’affût de missions. Elle doit faire face à une rupture amoureuse, des reproches amicaux et une mise en garde de son patron. Au milieu de cette crise personnelle, Riley assiste à une retraite d’entreprise dirigée par l’éponyme Juliette. Son secret ? Une maxime qui deviendra l’un des piliers du livre : “Les attentes sont infinies. Le temps est fini. Il est toujours question de choix. Choisis bien.” Dans ce livre, il n’est pas tant question d’optimisation et de système mais plutôt de réorganiser vos priorités dans votre vie.  Les leçons font écho aux différents livres de self-help de Vanderkam et à la conférence TED qu’elle avait également animée sur la gestion du temps en établissant ses priorités.

La rebelle qui exige le droit à ne rien faire

Enfin, si vous êtes en pleine saturation des livres de “self-help” et que vous voulez prendre vos distances avec ces injonctions de productivité, sachez que cette dernière recommandation est pour vous. Dans “How to Do Nothing” (pas encore traduit en français), Jenny Odell appelle à résister contre l’économie de l’attention, plaidant pour un mise en situation dans le monde physique et naturel.

Elle identifie l’inquiétude partagée par beaucoup de travailleurs de la nouvelle économie, renommés zombies car ils passent d’un écran à l’autre sans souffler alors que la vie leur glisse littéralement entre les doigts. Elle ne critique pourtant pas la technologie en tant que telle, mais plutôt la manière dont les “priorités corporatistes et capitalistes” ont triomphé et la façonnent pour augmenter nos inquiétudes et nos insatisfactions. L’auteure soutient que l’approche “productive”, (donc auto-optimisée et purement mécaniste de la vie) gomme tous les moments jugés “improductifs” tels que la poésie, les nuances, les détours ou encore la sérendipité dont nous avons besoin pour mieux savoir qui on est et ce que l’on aspire à faire. C’est pourquoi dans son livre, Odell explore ce que recouvre la notion d’oisiveté  – ou ne rien faire, c’est-à-dire rien de productif économiquement – dans un monde qui n’exigerait rien de nous.

Mieux maîtriser son temps en 2019 recouvre de multiples notions que le simple mot “productivité” peine à englober. Que vous souhaitiez mieux optimiser vos activités, apprendre à prioriser votre temps ou ré-apprendre à ne rien faire… on espère qu’un de ces livres (ou les trois) vous montreront la voie.


LD
Ecrit par
Lilas D
Journaliste, chercheuse et consultante. Depuis Berlin, j'écris sur les enjeux sociétaux des technologies et questionne le futur que nous sommes en train de construire.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter