Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

blockchain-yellow-vision-yellow-innovation

La blockchain ou la confiance redistribuée

Sébastien Louradour
Sébastien
25 octobre 2016

Ça fait deux ans qu’on en parle, mais vous êtes toujours incapables d’expliquer le principe en 30 secondes top chrono ? Voici un résumé qui va vous permettre de briller au cours de vos prochains dîners.

Bitcoin et Blockchain sont certainement aussi complexes à expliquer que le modèle de fonctionnement des échanges monétaires internationaux ou encore de celui des bases de données. L’idée n’est donc pas d’entrer dans ce niveau de détail mais davantage d’apporter quelques lumières à un sujet encore très obscur et pourtant présenté comme la future révolution internet.

Le Bitcoin a été créé en 2008 par un certain Satoshi Nakamato qui a toujours maintenu le secret sur son identité réelle. C’est un réseau financier disposant de sa propre monnaie qui agit en dehors du contrôle des gouvernements et des banques. L’idée est de créer un réseau, à l’image d’internet, organisé par les personnes qui utilisent la monnaie (le Bitcoin).

La Blockchain est la technologie qui permet au Bitcoin d’être détenu et échangé. Son rôle est d’enregistrer les données de façon sécurisée et décentralisée. En cela, chaque membre de la blockchain est garant de la sécurité du système, ce qui le rend incorruptible et inappropriable par un individu ou une organisation.

Une information détenue et partagée par tous

En soi, le Bitcoin est un simple fichier d’écritures comptables. Sa seule et unique révolution vient du fait qu’il s’agit d’un fichier transparent, ouvert et écrit par tous, selon un principe de consensus indiscutable et pourtant sécurisé.

En 2014, la cryptocurrency (monnaie virtuelle) Bitcoin a connu une médiatisation sans précédent en atteignant une valeur d’échange de presque 1 200$ le Bitcoin. La monnaie, très volatile, évolue aujourd’hui autour des 600$.

A mesure que le Bitcoin a perdu en intérêt, la blockchain n’a cessé de gagner en popularité grâce à son modèle de fonctionnement pouvant être appliqué à d’autres activités (système de vote, contrats, etc.), voire se substituer aux sites web actuels : un réseau social comme Facebook pourrait disparaître au profit d’une architecture blockchain peer-to-peer. Très concrètement cela signifierait que ce Facebook ne pourrait pas avoir la propriété de nos photos ni de notre identité bâtie sur le réseau social contrairement à ce qui est le cas aujourd’hui.

bourse-yellow-vision-yellow-innovation

Wall Street vs. Silicon Valley

En attendant de disrupter Facebook, la blockchain reste un sujet toujours très orienté finance et il faut comprendre les conséquences potentielles de cette technologie pour mesurer la réaction actuelle des institutions financières.

Pour faire simple, la Silicon Valley a décortiqué la banque pour voir comment disrupter cet acteur, un peu comme Uber avec les taxis. Il en résulte qu’une banque, c’est de l’information, du big data, et de la gestion du risque. Sachant que le modèle économique des banques repose pour bonne partie sur les commissions prises sur les transactions réalisées et passant par elles, elles ont donc tout intérêt à protéger ce modèle.

Pour cela et pour réduire encore davantage leurs coûts internes de transactions, celles-ci s’organisent actuellement pour construire un modèle de Blockchain fermé.

Ce modèle se construirait autour des banques et permettrait à celles-ci de s’échanger entre elles des données sécurisées. Cela s’organisant dans un cadre légal respectant les règles monétaires nationales et internationales et donc disposant de l’aval des gouvernements et organisations internationales.

A l’inverse, le modèle ouvert, décentralisé et transparent, porté par la Silicon Valley s’affranchirait de toute commission sur les transactions financières et reposerait sur un modèle de confiance entre pairs dépassant organisations et institutions. Il s’agit d’un modèle beaucoup plus utopique et largement porté par les mouvements libertariens, qui au bout du bout s’opposent à un Etat intervenant dans le cours des affaires et des entreprises.

En attente du déclic auprès du grand public

A l’heure où les banques connaissent une défiance grandissante, nous ne sommes pas à l’abri qu’une ou plusieurs applications popularisent ces nouveaux modèles auprès du grand public et déstabilisent sérieusement le modèle bancaire.

La question est désormais de savoir jusqu’où la Silicon Valley peut avancer en dehors des freins réglementaires et comment et à quelle vitesse l’industrie bancaire peut intégrer ce modèle. Mais cette dernière a déjà engagé une première étape importante en se réunissant autour du consortium R3 Blockchain et a déjà testé avec succès ses premiers prototypes de blockchain.

Pour en savoir davantage sur le Bitcoin et la Blockchain : la web-série Trust Disrupted réalisée par TechCrunch


Also published on Medium.


Sébastien Louradour
Ecrit par
Sébastien Louradour
Analyste en stratégie pour Le Groupe La Poste à San Francisco, je suis et décrypte les dernières tendances dans la baie, du presse orange connecté à la dernière app de Google. Mes sujets du moment : intelligence artificielle, objets connectés et fintech. Mon défi à court terme : tester la Tesla model X.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*