Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Gaming-carre

Les non-initiés très convoités par l’industrie des jeux vidéo

LD
Lilas
11 juin 2018

Et si l’avenir des jeux vidéo reposait sur ceux qui n’y jouent pas encore ?

Jouer est une activité à laquelle tout le monde peut s’adonner. Pourtant, les jeux vidéo sont souvent perçus par la presse généraliste comme un art et un passe-temps pour gamers aguerris. Mais les perceptions sont en train de changer. Dès 2006, la Wii de Nintendo avait déjà ouvert la voie vers de nouvelles représentations : des jeux vidéos plus familiaux, où les interactions sont ludiques et simples.

Les récents succès sur écrans mobiles de jeux comme Pokemon Go ou Angry Birds, vécus comme des expériences sociales et à la portée de tous, ont parachevé cette transition. Jouer aux jeux vidéo, c’est s’immerger de manière active dans une histoire ou développer ses réflexes ou bien sa mémoire vive. À rebours des discours simplistes et faux qu’on a trop longtemps entendus, aimer les jeux vidéo ne dissimule pas un comportement violent ou asocial. Ce changement d’image fait le bonheur des éditeurs, qui rivalisent pour attirer de purs novices dans l’aventure. La preuve par trois.

Capture d'écrans de Helix Jump - Image issue de Cheatmaniacs

Voodoo ou le jeu vidéo “ultra-casual”

Avez-vous déjà joué à Dune, Fight list, Paper ou Helix jump ? Ces jeux, disponibles sur smartphones, sont édités par Voodoo, une start-up basée à Paris, Montpellier et Strasbourg.

Très simples d’utilisation, ils s’adressent à un large public de novices. Le secteur en général est porteur : en 2017, les jeux sur mobile ont enregistré la plus forte croissance sur un marché des logiciels de jeux vidéo qui a atteint un total de 100 milliards de dollars, selon les estimations du cabinet d’études Research and Markets. L’autre raison du succès de Voodoo, c’est son expertise en UX et en croissance d’applications, que la start-up dispense auprès d’une centaine de studios externes. Preuve que ça marche : Voodoo est la société classée première mondiale en nombre de téléchargements sur l’App Store d’Apple. Dans les Échos, Alexandre Yazdi, l’un des co-fondateurs, confie ses ambitions  : “Nous sommes leader sur le jeu vidéo mobile ultra-casual, nous voulons désormais nous étendre vers d’autres marchés comme les applications sociales et média.” Tous les signaux sont au vert pour y parvenir, puisque la banque Goldman Sachs a investi 200 millions d’euros dans la start-up au début du mois de juin.

Le mode Battle Royale de Fornite - Image extraite du store de Xbox

Fortnite, le phénomène mondial

La simplicité du jeu n’est pas le seul ressort pour faire d’un jeu vidéo un hit. Prenez Fortnite, l’un des succès mondiaux du jeu massivement multijoueur en ligne, disponible sur console, PC et mobile. Votre mission ? Selon les modes du jeu, Fortnite est à la fois un jeu d’équipe où il faut défendre un territoire (Save the world) ou un jeu de survie où il faut tuer tous les autres joueurs (Battle Royale). C’est ce dernier mode, introduit en septembre 2017, qui a fait de Fortnite un succès : 100 joueurs coincés sur une île, le vainqueur est celui qui aura pu se débarrasser des 99 autres. La formule fait un tabac : l’éditeur du jeu, le chinois Tencent, revendique 40 millions de joueurs. Gigantesque. Selon Wired, alors que Fornite était un jeu pour les gamers, son adaptation mobile en a fait un jeu adopté “par les enfants, autant que les enfants et même Drake”. La journaliste explique que “le jeu est complexe, mais cela n’empêche pas différents publics d’en être mordus. (…) Ce dont les jeux vidéo ont peut-être besoin, au lieu de simplifier au maximum, c’est au contraire d’élargir, pour trouver des registres culturels et esthétiques qui plaisent à des catégories démographiques au-delà des gamers chevronnés.”

Capture d'écran du site de Blacknut

Le Netflix du jeu vidéo

En embarquant bon nombre de jeux, le smartphone a changé la donne. Mais quid du streaming à la maison ? C’est sur ce créneau que se positionne la start-up française Blacknut. Que ce soit sur PC ou télé, pas besoin de console : avec une simple manette et un abonnement de 14,99 euros par mois, on a accès à un catalogue de jeux indépendants triés sur le volet. Les fondateurs, cités dans le Figaro, détaillent : “Nous ne sommes pas à la recherche du dernier blockbuster. Nous ciblons le même type de public que celui qui a découvert le jeu vidéo avec Wii. Ces personnes ont dépensé 300 euros pour s’amuser. C’est la preuve que cette cible est prête à payer pour du jeu vidéo si on leur propose une offre de qualité et qu’on les guide dans le catalogue.” L’avenir du jeu vidéo, c’est le jeu vidéo pour tous.


LD
Ecrit par
Lilas D
Journaliste, chercheuse et consultante. Depuis Berlin, j'écris sur les enjeux sociétaux des technologies et questionne le futur que nous sommes en train de construire.
Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter