Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

SuperPouvoir-Carre

Les super-pouvoirs sont déjà là

Philothée
Philothée
3 juin 2018

Invisibilité, force surhumaine, indifférence aux balles, sens ultra-développés… Et si tous ces super-pouvoirs quittaient un jour le monde des comics pour faire partie de notre quotidien ? En réalité, certains sont déjà là. Et pour d’autres, il ne faudra peut-être attendre que quelques années.

Trois super-héros sur cinq tirent leurs pouvoirs de la science, estime un article du Guardian, qui en tire la conclusion qu’on devrait pouvoir faire advenir de vrais super-pouvoirs dans un futur pas trop lointain. En réalité, la statistique est un peu plus nuancée que ça. Il existe, dans l’univers Marvel, cinq catégories de super-héros, dont trois ont des pouvoirs basés sur des avancées scientifiques et techniques : les “Altered Humans (Spiderman, Fantastic Four), High-Tech Wonders (Iron Man, Batman) [et] Robots (The Vision)” (les deux catégories restantes étant les Mutants, comme les X-Men, et les Aliens, comme Superman et Thor). Laissons ici de côté les robots, et concentrons-nous sur les humains et leurs gadgets.

Hulk et Iron Man dans Age of Ultron

Costumes surpuissants et force hors du commun

Certains super-héros sont dotés d’une force surhumaine, qu’elle provienne d’une altération génétique, comme dans le cas de Hulk, ou d’un costume bien pensé, comme pour Iron Man. Comme le souligne le Guardian, “les arts martiaux altèrent les humains jusqu’à atteindre des niveaux de puissance quasi super-héroïques depuis des siècles”. Mais certains sont nés ainsi : un trouble appelé hypertrophie musculaire en rapport avec un trouble de la myostatine provoquerait, chez certains sujets, une force hors du commun. Un enfant américain, Liam Hoekstra, est ainsi devenu célèbre à l’âge de trois ans pour son anormale force, certains médias n’hésitant pas à le présenter comme le “vrai Superman” ou le “vrai X-Man”.

Pour les autres, restent les exosquelettes : une structure attachée aux bras et jambes qui assiste les mouvements et démultiplie la force de celle ou celui qui le porte. Les exosquelettes peuvent être utilisés sur des chantiers, par des personnels de santé qui doivent manipuler des patients, mais aussi… par des personnes paralysées. Un exosquelette contrôlé par la pensée a ainsi permis à un adolescent paraplégique de donner le coup d’envoi de la Coupe du monde de football au Brésil en 2014. La start-up française Wandercraft s’apprête à lancer le sien, tout comme ReWalk, de fabrication israélienne, commercialisé en France depuis mai 2018. On se rapproche déjà pas mal du costume d’Iron Man.

Un jeune homme tétraplégique donne le coup d'envoi de la Coupe du monde 2014

Devenir invisible

C’est un avantage partagé par Batman et James Bond : la capacité de devenir invisible, ou plutôt de circuler dans un véhicule qui ne se voit pas. Pour rendre quelque chose ou quelqu’un invisible, il faut “faire en sorte que les rayons lumineux ne soient pas réfléchis par la personne mais la contournent”, expliquent des chercheurs l’Institut Fresnel du CNRS dans Le Point. En 2006, John Pendry, de l’Imperial College de Londres, et deux chercheurs de l’université Duke proposaient dans la revue Science une “cape d’invisibilité” — oui, comme dans Harry Potter — : une sorte de sphère dans laquelle les rayons sont guidés le long des parois “et poursuivent leur chemin comme si de rien n’était.” En 2012, une équipe au Texas a ainsi réussi à masquer un cylindre de 18 centimètres de long.

Ne pas sentir les balles

L’armure de Batman et le costume en vibranium de Black Panther ont tous deux été comparés au Kevlar, un matériau synthétique largement employé par l’armée et la police. Ses fibres sont si étroitement tissées que les balles ne parviennent pas à les pénétrer, et elles absorbent l’énergie de l’impact en se distendant légèrement. Mais comme l’explique un article de Futura Sciences, le Kevlar n’est capable “que” d’absorber cette énergie, et pas de la réutiliser, contrairement au vibranium (qui, rappelons-le, est un métal extraterrestre fictif). Pour devenir Black Panther dans la vraie vie, on pourra peut-être un jour se vêtir de graphène : une feuille de carbone de l’épaisseur d’un atome, qui absorbe l’énergie cinétique avec deux fois plus d’efficacité que le Kevlar et dix fois plus que l’acier, et qui pourrait éventuellement la stocker, voire la restituer. “Les batteries au graphène peuvent emmagasiner deux fois plus d’énergie que les batteries lithium-ion actuelles, tout en se rechargeant beaucoup plus vite”, explique Futura Sciences.

Black Panther ne sent pas les balles

Devenir homme-gecko et voir comme un aigle

Enfin, rien de tel que d’imiter la nature pour doter l’homme de super-pouvoirs. Pour se rapprocher de la vue perçante du héros Marvel Hawkeye, on aura peut-être bientôt des lentilles bioniques qui nous donneront une vision de 20-20, raconte le chercheur Barry Fitzgerald, auteur de Secrets of Superhero Science. Et pour grimper aux buildings comme Spiderman, on se transformera plutôt en homme-gecko qu’en homme-araignée, grâce à un matériau ultra-adhérent inspiré des petits lézards.

Mais la plus grande avancée scientifique et technique dans cette course aux super-pouvoirs est sans conteste l’édition du génome : “La seule différence entre les X-Men et nous, c’est leur ADN, rappelle Barry Fitzgerald. Si on peut changer ça, alors peut-être qu’on pourra avoir des super-pouvoirs.”

Et comment peut-on changer notre ADN? La réponse dans notre article sur CRISPR !

Demain tous mutants, comme les X-Men

Philothée
Ecrit par
Philothée Gaymard
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter