Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Se faire livrer par un robot, c'est pour bientôt

Se faire livrer par un robot, c’est pour bientôt

Sébastien Louradour
Sébastien
4 juillet 2016

Les premiers robots de livraison aux particuliers sont déjà en phase de test. Voici le portrait de deux d’entre eux : Carry et Domino’s Robotic Unit (DRU).

Se faire livrer ses courses ou une pizza par un robot n’appartiendra plus uniquement à la science-fiction. Apportant de nombreux avantages pour répondre aux difficultés d’acheminement du dernier kilomètre, les robots ont déjà un modèle économique tout trouvé, et leur commercialisation pourrait intervenir dès 2017.

Les étudiants des campus de Menlo College et de la California State University – Monterey Bay ne se formalisent désormais plus des allées et venues de robots autonomes traversant les chemins de leurs universités. C’est en effet parmi les étudiants que la start-up Dispatch a choisi de faire évoluer son robot, baptisé Carry, encore au stade de prototype.

“Un campus se prête parfaitement au test de notre robot, explique Stav Braun, co-founder de Dispatch. Les allées  sont adaptées à sa physionomie. En effet, celles-ci ne présentent aucun obstacle particulier, car elles sont adaptées aux passants et aux personnes à mobilité réduite.”

Ce robot autonome peut transporter jusqu’à 45 kg de biens tels que des courses, des repas à livrer ou encore des colis et dispose de 4 compartiments indépendants. Il repose en outre sur une technologie de machine learning qui lui permet d’apprendre à mieux gérer sa conduite à chaque déplacement.

Un robot militaire pour se faire livrer sa pizza

Rien ne doit faire obstacle à la livraison de sa pizza, surtout pendant un soir de match. En Australie, Domino’s Pizza a respecté ce principe jusqu’au bout en développant un robot autonome de livraison de pizza basé sur une technologie militaire.

Un partenariat a en effet été monté entre Domino’s et la société Marathon Targets dont le cœur de métier est de développer des robots transportant des cibles de forme humaine pour entraîner au combat… Équipés d’un GPS et d’une multitude de capteurs pour se déplacer en évitant les obstacles, ils peuvent se déplacer jusqu’à 20km/h.

Ce robot re-designé pour un usage commercial dispose de deux compartiments, un permettant de garder les pizzas au chaud, un second gardant les boissons fraîches.

Toujours en phase de prototype, DRU n’en reste pas moins un puissant vecteur de communication pour la société qui peut ainsi démontrer sa capacité à innover et à se saisir des disruptions à venir.

Optimiser le dernier km

Malgré tous les efforts réalisés par les transporteurs traditionnels pour optimiser la qualité de la livraison, certains resteront vains au regard du potentiel des robots. Le premier grand avantage de ces derniers est leur capacité à livrer au bon moment. Combien de personnes mettent un temps fou à recevoir leur colis, car elles n’étaient pas là au moment où le livreur frappait à la porte et que ce dernier est renvoyé au bureau de poste ? Un robot peut, en effet, livrer aux horaires sous tension. Le matin par exemple, juste avant de partir travailler, au moment où la circulation est la plus dense et où la ressource humaine est plus chère.

Ensuite, les robots sont disponibles 24h/24, ce qui permet d’étaler au maximum la fenêtre de livraison entre très tôt le matin et très tard le soir, voire pendant la nuit et ainsi d’être sûr d’être là lors de la livraison.

82% de part de marché pour les robots fonctionnant dans les entrepôts

Commercialisés à partir de l’année prochaine ?

Selon une étude de Technavio, le marché des robots dédiés à la logistique devrait croître de 33% sur la période 2016-2020, ce marché étant largement dominé par les robots fonctionnant dans les entrepôts avec une part de marché de 82%. Interrogé par e-tech, Bharath Kanniappan, analyste chez Technavio, estime que si les robots de livraison aux particuliers actuellement en phase de prototype réussissent leurs tests, on pourrait les voir apparaître sur le marché UK et US dès l’année prochaine.

Si cette analyse se vérifie, autant dire que le secteur de la livraison sur courte distance en zone urbaine va connaître quelques grands bouleversements au cours des prochaines années.


Sébastien Louradour
Ecrit par
Sébastien Louradour
Rédacteur en chef de Yellow Vision, je décrypte les dernières tendances, essaye d'écouter les signaux faibles et de rendre l'ensemble compréhensible pour tous. Contactez-moi, j'échangerai avec plaisir !
Partager
Commentaires (4)

Les commentaires sont fermés.

  1. Galaxy dit :

    Awsome site! I am loving it!! Will come back again. I am taking your feeds also.