Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Luka

Luko : L’IA pour assurer votre logement

LD
Lilas
9 juillet 2019

Après la vague des “néo-banques”, voici l’une des start-ups françaises les plus prometteuses dans la famille des néo-assurances : Luko.

Luko est une start-up fondée en 2016 par Raphaël Vullierme et Benoît Bourde. Depuis trois ans, la jeune pousse de l’insurtech française a le vent en poupe. Son produit ? Utiliser le machine learning pour assurer vos appareils et vos installations domestiques. Preuve de son potentiel prometteur, Luko levait en mai dernier deux millions d’euros auprès des business angels et entrepreneurs.

Autour de la table : Xavier Niel, les directeurs de Leroy-Merlin ou encore auprès d’experts du monde de l’assurance comme Bruno Rousset, fondateur d’April Assurances, Pierre-Yves Durand (ancien directeur marketing d’AXA). Depuis, la start-up compte près de 10 000 assurés et souhaite continuer sa croissance. Quels sont les ressorts de Luko ? Yellow vous dit tout.

Extrait du site de Luko
Extrait du site de Luko

De la “smart home”….

Quand Luko a vu le jour en 2016, la start-up se concentrait exclusivement sur le marché de la maison connectée. Sa première solution appelée Luko Home Guardian était un petit boitier, à coller sur le compteur électrique, permettant de lire la consommation d’électricité en temps réel.Le boîtier détecte l’ensemble des appareils électriques de la maison automatiquement, ainsi il sait quand et comment ceux-ci consomment de l’énergie. En faisant cette analyse en continu Luko Home Guardian peut repérer facilement les anomalies du circuit pour prévenir des sinistres tels que les incendies ou les intrusions. Une fois la conception de Luko Home Guardian achevée, la start-up s’est recentrée sur le marché de l’assurance habitation. Cependant, elle a intégré les objets connectés dans son offre, permettant à ses clients d’utiliser différents boîtiers d’analyse pour l’eau, l’électricité mais aussi votre porte d’entrée.

Luko a le nez creux car comme le notait une enquête Ipsos de 2016, les Français se disent plutôt déçus de leur assureur “30% des Français veulent changer d’assurance”. Et pour l’assurance habitation, il y a besoin d’un renouveau du modèle basé sur davantage de transparence de prix, une plus grande fluidité de communication et des délais de paiement plus courts. Et il faut dire qu’il y a tout à y gagner pour les insurtech sur un marché qui représente 90 milliards d’euros en France. C’est pourquoi Luko entend bien réclamer leur part du gâteau et changer les règles du jeu.

Les capteurs utilisant l'IA au service de Luko - extrait du site de Luko
Les capteurs utilisant l'IA au service de Luko - extrait du site de Luko

…à l’assurance habitation 100% digitale

L’offre de Luko est entièrement en ligne et se veut plus rapide à exécuter que n’importe quel concurrence. Interviewé par le magazine économique Capital, le co-fondateur Raphaël Vuillierme explique que “l’intervalle entre la déclaration du sinistre et le remboursement peut mettre plus d’un mois pour les petits sinistres”. Au contraire, Luko remboursera la plus grosse partie des sinistres sous deux heures, et dépêchera un artisan pour des travaux sur place en moins de deux jours. Au delà des délais de remboursement, la souscription se fait sans engagement “en deux minutes” à un tarif  “ultra concurrentiel” fixé à cinq euros par mois ce qui fait que l’assurance habitation ne coûtera que 60 euros par an pour des garanties classiques : responsabilité civile, dégâts des eaux, incendie, vol et vandalisme, dommage électrique… “En cas de petit sinistre – environ 85% des cas, selon Raphaël Vullierme – plutôt que de dépêcher par défaut un expert, Luko permet à l’assuré de filmer via un appel vidéo ses dommages. Un responsable de Luko se charge alors d’observer les dégâts et de poser les questions préalables nécessaires au remboursement. Seulement dans le cas de gros sinistres, un expert sera dépêché.” précise Capital.

Allier l’assuré/e à davantage de solidarité

Enfin, Luko garantit davantage de transparence sur ses tarifs. Sur son site, la start-up promet de prélever 30% de la cotisation de l’assuré pour payer ses coûts de structure (équipes et gestion des sinistres) tandis que les 70% restants sont alloués à un fonds commun servant à dédommager les assurés. Le solde, en fin d’exercice, est reversé à une association soutenue par Luko. Ce programme nommé “Giveback” rappelle un dispositif similaire lancé par l’insurtech américaine Lemonade. Et si l’on compare la trajectoire de Lemonade à celle de Luko, qui a désormais levé près de 150 millions de dollars, on ne peut que lui souhaiter le même succès.


LD
Ecrit par
Lilas D
Journaliste, chercheuse et consultante. Depuis Berlin, j'écris sur les enjeux sociétaux des technologies et questionne le futur que nous sommes en train de construire.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter