Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

cover-2-bien
14 novembre 2017

Pourquoi je ne changerai pas d’iPhone

Sébastien Louradour
Sébastien

Et si la véritable révolution d’Apple cette année, ce n’était pas son iPhone X mais la dernière mise à jour iOS…

Petite leçon d’innovation par Apple

Innover sur un produit hardware est complexe. Surtout lorsqu’on en est à la 8ème version du même produit. Pour autant, jusqu’à présent, Apple a réussi le défi avec brio, ce qui n’est pas le cas de ses petits camarades GoPro ou Fitbit. Ces derniers, respectivement positionnés sur les caméras et les bracelets connectés ont un mal fou à renouveler leurs produits. Il faut dire que lorsque l’on a acheté une caméra GoPro, on a pas nécessairement envie de s’en racheter une l’année suivante.

Mais pour les smartphones, c’est différent. La preuve : qui se balade encore avec son iPhone 2 dans sa poche ? Alors on pourra toujours crier à l’obsolescence programmée, mais fondamentalement, si même les écolos de la première heure ont honteusement lâché sur ce point, c’est la preuve qu’il existe une force irrésistible qui nous conduit à vouloir le dernier iPhone : il représente le sommet de l’innovation, dont Apple arrive à garder la recette modèle après modèle. Dès lors, le monde se divise implacablement en deux catégories : ceux qui disposent du dernier iPhone, caste privilégiée des grands singes de l’innovation, et les autres.

Apple

L’iPhone 6 est toujours une innovation

En m’avouant au cours de la dernière Keynote d’Apple que la reconnaissance faciale est une innovation remarquable, je sors alors machinalement mon iPhone 6 de ma poche, un peu tordu, parce que oui c’est vrai ils se tordent, et je me dit qu’il a bien le droit à une seconde chance.

Il faut dire que mon iPhone 6 est encore un condensé d’innovation même à l’aube de l’année 2018. Déjà, il est plus grand. Plus grand que la première génération d’iPhones (1,2,3 et 4) mais aussi de la seconde (5 et 5s) et pas plus petit que la nouvelle, si l’on exclut l’iPhone X (à 999$, je me suis de facto exclu de l’éventualité de m’en offrir un).

Ensuite, il dispose d’un appareil photo parfaitement respectable, d’une vitesse de processeur encore satisfaisante, d’une batterie encore solide. En fait le seul immense défaut de mon iPhone, c’est sa mémoire : 16Go, à peine la place de loger quelques albums, quelques photos et quelques apps, et même en utilisant iCloud, la machine est pleine. Mais c’était sans compter sur… Apple !

Et c’est sûr ce plan que vient le changement le plus notable. En installant le nouveau système d’exploitation iOS11, je craignais de me retrouver avec un appareil bon pour le recyclage, ralenti par les nouvelles fonctionnalités et puisant encore plus de mémoire… mais au delà de tout espoir, mon téléphone a non seulement conservé sa rapidité  mais m’a également permis de gagner 2Go de mémoire, grâce à quelques nouvelles fonctionnalités bien pensées (comme alléger la taille de l’app Messages).

Résultat des courses, à quoi bon dépenser 800$ dans un nouvel iPhone, alors que le sien vient tout juste de retrouver une nouvelle jeunesse ? Qui plus est, une nouvelle jeunesse équipée de la prise jack…

iOS vs iPhone ?

Le hardware a longtemps été l’étendard des innovations les plus marquantes de ces dernières décennies : téléviseur, radio-k7, Discman, GPS, etc. Et si l’on voulait accéder à une nouvelle innovation, il suffisait d’acheter le modèle le plus récent.

En 2007, la sortie de l’iPhone 1 nous a fait entrer dans une ère où l’on a commencé à vraiment séparer la machine des services : un iPhone pensé pour proposer une myriade de services d’un côté, un App Store pour accéder à ces services de l’autre. Mais il y a 10 ans, les smartphones n’en étaient qu’au démarrage de leur courbe d’innovation en hardware. Un écran un peu pixelisé, pas de caméra frontale, 8 GO de mémoire… Aujourd’hui, l’iPhone 6 dispose de l’ensemble des capacités nécessaires pour toujours faire un très bon smartphone.

Grâce aux progrès récents des smartphones, nous disposons d’une telle puissance de calcul entre les mains, que c’est du côté du software que les prochaines très grandes innovations vont désormais survenir. Et dans ce domaine, l’intelligence artificielle n’en est qu’à ses balbutiements. Si je reviens sur mon histoire d’iOS 11 qui m’a fait gagner de la mémoire, il n’y a pas a douter que le point névralgique se joue désormais là. Le nouvel iOS d’Apple est tellement performant qu’il rentre désormais en concurrence avec l’iPhone lui-même. Peu de choses ont été dites sur les nouvelles performances de Siri, mais ses capacités sont désormais équivalentes à Google Assistant : Je peux désormais traduire, jouer de la musique ou transférer de l’argent.

Si la guerre du software est désormais déclarée, Apple ne va pas jouer seul sur ce terrain et Google qui a annoncé être désormais une entreprise “AI first” n’a pas prévu de perdre la revanche qui s’annonce.


Sébastien Louradour
Ecrit par
Sébastien Louradour
Rédacteur en chef de Yellow Vision, je décrypte les dernières tendances, essaye d'écouter les signaux faibles et de rendre l'ensemble compréhensible pour tous. Contactez-moi, j'échangerai avec plaisir !

Partagez cet article

Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter