Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Plants

L’entreprise dope ses salariés à la vitamine G…

Jean Pierre Fourcade
Jean Pierre
11 février 2018

L’entreprise fertile, génératrice de bien-être et de performance, un concept novateur qui s’adapte aux nouveaux modes de travail du XXI ème siècle.

Les plantes d’intérieurs longtemps considérées comme un élément purement décoratif deviennent aujourd’hui le remède pour les environnements de travail en entreprise tout en révélant leur influence sur la santé et le bien-être.

Connecter la nature à l’environnement de travail est devenu le souhait d’un grand nombre de salariés du monde de l’entreprise. En effet 2 français sur 5 estiment qu’ils manquent de vert dans leurs bureaux.  Selon diverses études, végétaliser les espaces de travail, en particulier avec la systématisation du travail en « open space », permettrait de réduire jusqu’à 10 % l’absentéisme et d’accroître la productivité d’autant. D’autres chercheurs ont pu mesurer également une réduction de 25 % de troubles physiologiques comme les migraines, les irritations de la gorge ou le dessèchement de la peau.

Cette tendance mondiale pour les bureaux «verts»  rend indéniablement le personnel plus heureux et plus productif et contribue à révéler notre relation intrinsèque entre l’humanité et la nature. De nombreuses entreprises ont bien pris conscience des apports bénéfiques et ont déjà intégré les enjeux de la « green attitude » au travail. Certaines vont même plus loin dans le concept d’entreprise-jardin en ne se contentant plus seulement de décorer les bureaux  avec des plantes mais d’impliquer les salariés dans leur culture.

open space Lisbonne Portugal

Optez pour une dose de vitamine G (Green Vitamin)

Entre les ordinateurs, les photocopieuses, les poussières, les solvants en tout genre et même quelquefois les repas pris sur place autant dire que l’air de votre espace de travail est tout sauf sain. De plus, comme il s’agit d’un espace clos et partagé avec ses collaborateurs, les polluants s’accumulent très rapidement. Alors, pour y remédier tout en apportant de la fraîcheur à l’espace, optez pour des plantes dépolluantes.

En effet, certaines variétés de plantes humidifient l’air et captent la poussière et permettent d’améliorer la qualité de l’air. Dans le cadre d’une étude destinée à purifier l’air dans les stations spatiales, l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace ( NASA ) en association avec l’ Associated Landscape Contractors of America (ALCA) ont déterminé que certaines plantes d’intérieur communes peuvent fournir un moyen naturel d’éliminer les agents toxiques tels que le benzène, le formaldéhyde et le trichloréthylène de l’air contribuant également à absorber le dioxyde de carbone et de libérer de l’oxygène.

La fleur de lune ou spathiphyllum est parmi bien d’autres plantes d’intérieur la plus populaire car elle est capable d’absorber goulûment de nombreuses substances volatiles toxiques (les fameux COV) comme le trichloréthylène, le benzène, l’ammoniac, le xylène et le formaldéhyde. Cette plante, robuste et facile d’entretien, sera la spécialiste du filtrage de particules de colles, vernis, peinture, produits d’entretien, papiers imprimés et fumée de cigarette.

Spathiphyllum

Le mur végétal intelligent de la startup Naava

Le mur végétal permet de bénéficier d’un concentré végétal sur un minimum de superficie. La présence d’un mur végétal dans un espace intérieur permettra de créer un véritable jardin vertical, luxuriant et apaisant tout en mettant en valeur l’espace de travail.

La startup Finlandaise Naava a été classée dans WIRED UK  comme l’une des startups les plus en vogue en Europe, son objectif est de promouvoir la qualité de l’air intérieur comme un service positif d’amélioration de la qualité de vie au travail.

Les murs végétaux de Naava sont entièrement automatisés et utilisent la technologie de l’intelligence artificielle pour optimiser les conditions de l’air intérieur. L’intelligence artificielle prédit et ajuste les fonctions d’arrosage et de ventilation en fonction de l’humidité de l’air et des conditions de l’air extérieur, afin d’optimiser la production de l’air purifié dans l’espace. Une application mobile en développement permettra aux résidents de suivre et de contrôler eux-mêmes les fonctions des murs.

Amazon crée une forêt tropicale pour ses employés de son siège à Seattle

Jeff Bezos, fondateur et PDG d’Amazon a inauguré ce 29 janvier 2018, niché entre les gratte-ciel de son campus au centre-ville de Seattle, un paradis vert nommé les Sphères. Ce complexe dispose de trois sphères dont une géante qui mesure 27 mètres de haut et 39 mètres de diamètre. Ce sont plus de 40.000 plantes individuelles issues parmi plus 300 espèces végétales provenant de plus de 50 pays  du monde entier, qui agrémentent les espaces de travail et les lieux de rencontre afin que les employés d’Amazon puissent sortir de leur gratte-ciel et de leurs bureaux traditionnels.

Ces biosphères peuvent accueillir jusqu’à 800 employés dans un paysage constitué de rivières, de chutes d’eau et d’imposants murs végétalisés. Ces espaces aussi serein que la forêt tropicale permettront aux salariés d’Amazon de se regrouper, pour mieux collaborer et innover ensemble, dans  des cabanes dans les arbres ressemblant à des nids d’oiseaux.

Une pause détente en passant du bureau au jardin d’entreprise

Cette tendance, issue d’Outre-Atlantique et adoptée par de nombreuses sociétés internationales, est celle des « corporate gardens » ou des « potagers d’entreprise ». Elle se développe de plus en plus sur les terrasses d’entreprises françaises ou voir même dans les open space. L’objectif est de donner aux collaborateurs la possibilité de cultiver et récolter des légumes, des fruits ou encore des  aromates sur leur lieu de travail. Quoi de plus agréable que de profiter des terrasses en été et d’avoir la possibilité de créer des repas entre collaborateur avec les produits issus de ses récoltes.

Des startups comme Agripolis, Yellogarden ou Ciel mon radis, spécialisées dans l’agriculture urbaine accompagnent les entreprises à  concevoir des jardins partagés d’intérieur ou des potagers d’entreprise élaborés dans le but de fédérer les employés.

Toutes ces terrasses urbaines, encore non exploitées, transformées en jardin comestible contribueraient à réduire les émissions de carbone en séquestrant le carbone présent dans l’air et en libérant moins de gaz à effet de serre.


Jean Pierre Fourcade
Ecrit par
Jean Pierre Fourcade
A la frontière entre l’information, la recherche et le développement, ma mission est de surveiller l’évolution des technologies dans des domaines bien déterminés mais aussi au-delà. Je suis très souvent connecté sur de nombreux réseaux pour alimenter ma soif de connaissances par mes explorations dans le nouveau monde du numérique.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter