Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

station-f-cover

Shipup : la vie d’une start-up à Station F

LD
Lilas
21 août 2017

Le nouveau temple des start-ups Station F, raconté par l’équipe de Shipup.

Inauguré fin juin 2017, l’incubateur Station F a déjà beaucoup fait parler de lui : jamais on n’a connu dans le monde, un espace aussi gigantesque dédié à la tech et l’innovation. Mais à quoi ressemble-t-il de l’intérieur ? On a demandé à l’une des start-ups pensionnaires, Shipup, de nous en dire plus.

station-f-room

Entrez à Station F et vous avez l’impression d’avoir mis un pied dans le futur. L’espace est gigantesque et inégalé : 34 000 mètres carrés pour un campus de start-ups. Dans la “share zone”, là où Tech Shop prendra ses quartiers en septembre pour permettre aux résidents de prototyper rapidement leurs projets, des salles de réunion sont placées dans des containers upcyclés. Au milieu du hall, trône un amas de pâte à modeler multicolore fossilisée, il s’agit d’une sculpture de Jeff Koons de plus de trois mètres de haut, nommée justement “Play Doh”. Passez la petite végétation en hydroponie et vous entrez dans la “Create Zone”, l’espace réservé aux résidents, où la start-up Shipup a pris ses quartiers, au sein de l’accélérateur Vente Privée.  Créée en 2016 par Romain Ogiela, Térence Delahaye et Quentin Maurice, Shipup permet aux marques de personnaliser les alertes e-mail et notifications sms de suivi de livraison. Une aubaine pour les acteurs de la vente en ligne comme Vente Privée, qui peuvent ainsi créer une relation quasiment unique et privilégiée avec leurs clients. Shipup s’est ainsi vu offrir un soutien total du groupe et une place dans la très prisée Station F pendant neuf mois. Quelles sont les particularités d’un tel lieu ? Quel fut le parcours de Shipup avant de rejoindre les open spaces de la Halle Freyssinet ? Romain Ogiela et Térence Delahaye nous expliquent.  

YV : Quelle a été la trajectoire de Shipup jusqu’ici?

Shipup : Shipup a commencé le 11 mai 2016. Nous sommes trois associés fondateurs, et à ce moment-là nous sortions tous les trois de nos écoles respectives. La start-up a tout de suite été prise au Numa fin juin pour quatre mois. C’est là où nous avons finalisé notre proposition de valeur et  aussi créé notre premier prototype, que l’on a pu vendre quelques semaines après la sortie du Numa. Après Numa, nous n’avions plus de locaux et on était devenus une start-up sans domicile fixe. Au même moment, Start’inPost, l’incubateur de La Poste, nous a prêté des bureaux. Et ce qui était censé être temporaire, est devenu un peu plus permanent — pendant huit mois. Il y avait des synergies évidentes entre ce que l’on fait et c’est d’ailleurs ce qui nous a permis de lancer des discussions avec Colissimo. Puis on a appris que Vente Privée lançait un accélérateur au sein de Station-F, orienté prêt-à-porter. Shipup s’adapte à toutes activités e-commerce du parfum aux nouvelles technologies mais on a quand même envoyé une candidature spontanée.

shipup-station-f-reunion

YV : Et c’est cette sélection qui vous ouvre les portes de Station F?

SU : Oui mais d’abord, il y a eu un processus de sélection extrêmement poussé. Nous avons passé plusieurs rendez-vous téléphoniques avec le co-fondateur de Vente Privée Ilan Benaïm, Nous avons également présenté Ship Up Shipup devant Jacques Antoine Granjon, ce qui montre que le management de Vente Privée était très impliqué. Ils ont dès le départpris le parti de choisir des start-ups qui peuvent avoir un impact pour le coeur d’activité et lancer des tests avec eux. Leur promesse auprès des start-ups gagnantes est de faire des tests avec les volumes de vente de Vente Privée. Si les tests sont concluants, l’équipe peut utiliser après cette expérience (ou business case) pour séduire d’autres groupes de même taille. Si Vente Privée est content des tests conduits, il y a évidemment une possibilité de contrat et surtout une possibilité d’être présenté aux 7000 marques du catalogue. C’est une promesse énorme et qui est, à l’heure actuelle, tenue. Et dans ce “ticket gagnant”, il y a l’hébergement à Station F pendant la période d’accélération de neuf mois. Neuf mois, c’est assez long pour une période d’accélération mais cela donne le temps de conduire les tests et d’améliorer ensemble le produit.

YV : Quelle est la particularité de Station F ?

SU : L’engouement général autour du lieu est d’abord un vrai plus. Ce qui fait que quand on y est, on en bénéficie. Par exemple, les grands groupes se déplacent jusqu’à nous, parce qu’ils sont curieux de l’écosystème. En tant que pensionnaire, nous avons également droit à des avantages (ou perks) très concrets comme du temps de serveur sur Amazon (AWS) ou du stockage à côté des habituels bénéfices tels que l’accès à une salle de gym par exemple. Toutes les semaines, il y a également des conférences de qualité qui se tiennent où des personnalités importantes de l’écosystème start-up se sont déplacées.

shipup-station-f-game

YV: En quoi bénéficiez vous de l’échelle d’un tel lieu ?

SU : L’autre point — presque le plus important — c’est l’émulation. On est entourés par des experts dans différents domaines, qui travaillent pour certains dans des accélérateurs spécialisés : cela va de l’intelligence artificielle (avec Facebook), à la Fintech (avec l’accélérateur BNP Paribas), ce qui fait que d’une part on apprend beaucoup à leur contact. D’autre part, si on a une question, tout va plus vite. J’avais par exemple une question juridique pour créer un CDI, j’ai tout de suite vu quelqu’un de l’incubateur HEC qui m’a presque donné un cours de droit du travail et m’a permis de résoudre mon problème. Le volume des start-ups fait que tout le monde est sur place et donc on peut très facilement progresser sur des problématiques spécifiques. Enfin, l’échelle du lieu est aussi bénéfique pour notre réseau car on rencontre beaucoup de spécialistes voire même des prospects. Il y a des start-ups qui ont une solution e-commerce et qui se sont montrées intéressées par Shipup. C’est une expérience extrêmement enrichissante. On a beaucoup de chance d’être ici.


LD
Ecrit par
Lilas D
Journaliste, chercheuse et consultante. Depuis Berlin, j'écris sur les enjeux sociétaux des technologies et questionne le futur que nous sommes en train de construire.
Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter