Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

SanFranscisco

Silicon Foundry, un hub pour accélérer l’innovation corporate

Sébastien Louradour
Sébastien
8 mars 2019

Visite de la startup Silicon Foundry et rencontre avec un de ses membres, l’entreprise japonaise DeNA, pour revenir sur les derniers enjeux de l’innovation corporate vus depuis la Silicon Valley.

Beaucoup a été écrit et dit à propos de l’innovation corporate. Il faut dire que le sujet est devenu pressant notamment face à la montée en puissance des startups qui pour certaines commencent à devenir de véritables menaces pour les grands groupes. Dès lors, les entreprises s’organisent : les fonds de corporate Capital risque se multiplient, tout comme les labs d’innovation ou les accélérateurs internes. Certaines font aussi le choix d’installer un poste avancé en Silicon Valley.

Silicon Foundry, basé au coeur du Financial District de San Francisco, a pour mission de créer le chaînon manquant entre le monde des startups et celui des grands groupes. Un défi de taille qui commence par permettre aux grands groupes membres de Silicon Foundry (SF) d’établir une présence physique au sein de l’écosystème d’innovation le plus vibrant au monde.

Pour cela, “chaque groupe a une place réservée dans notre espace de co-working” décrit Ludovic Ulrich, Partner chez SF. “Cette immersion dans l’écosystème est indispensable, et nous jouons le rôle de facilitateur de sérendipité”. Assez peu utilisé en français, “sérendipité” est en revanche très choyée en Silicon Valley. Ce mot savant pour parler de “faire par hasard une découverte inattendue et en saisir l’utilité” à été le leitmotiv de Steve Jobs, alors à la tête de Pixar, pour penser l’architecture intérieure du bâtiment accueillant le célèbre studio d’animation. L’idée était en effet de tout mettre en place pour faciliter les rencontres impromptues afin de faciliter les collaborations, et surtout faire naître de nouvelles idées.

Ludovic Ulrich en est en effet convaincu, “évoluer dans un environnement qui vous connecte à des acteurs de multiples secteurs, expertises et parcours représente le meilleur terrain pour faire naître des innovations de rupture”.

Pour produire cet effet de sérendipité, SF ne se contente pas de laisser ses membres face à l’attente de la rencontre providentielle. Une série de programmes permet aux membres de tisser des liens avec entrepreneurs, VCs et corporates venant d’autres secteurs, notamment au cours de dîners organisés chaque mois par SF. “On sélectionne 14 personnes dont on sait qu’elles ont toutes un profil et un niveau d’expérience qui va aboutir à des connexions d’excellent niveau pour chacun” explique Ludovic Ulrich.

Parmi la vingtaine de clients que compte SF, on peut notamment citer BP, Ford, EY, Estée Lauder ou encore Deutsche Telecom. Chacune de ces entreprises peut ainsi envoyer en résidence chez SF un de ses collaborateurs qui pourra ensuite créer le pont entre la Silicon Valley et son entreprise.

Vue-SalesForce

L’innovation Corporate, une discipline de tous les jours

Selon Ludovic Ulrich, afin de réussir le défi d’innovation auquel elles font face, “les entreprises doivent s’exposer à un Deal Flow (c’est à dire réaliser une veille continue des startups qui pourraient représenter un investissement futur) et s’engager dans l’écosystème d’innovation. C’est une discipline à mettre en place dans la durée”.

Toujours selon lui, “les entreprises viennent d’entrer dans un cycle d’innovation qui ne peut plus se faire sans l’écosystème startup”. “Le modèle R&D d’innovation qui a fait le succès des grands groupes il y a 30 ans est caduc. Avoir son équipe d’ingénieurs internes qui conçoit les nouvelles innovations est un anachronisme face à l’accélération des temps d’innovation. A cela s’ajoute la capacité des startups à proposer de nouveaux modèles clé en main, ou encore la nécessité de faire appel à des talents qui vont varier d’un projet à l’autre.

En cela, notre modèle met à disposition la connaissance, les outils et les réseaux de talents pour innover”, insiste Ludovic Ulrich.

Celui qui fut, il y a encore peu, le responsable du Salesforce Accelerator précise que l’investissement n’est pas systématiquement ce que les membres cherchent à réaliser. En la matière, Silicon Foundry dispose pourtant d’un allié de poids. Silicon Valley Bank est en effet devenu un partenaire privilégié de la startup il a deux ans, apportant une crédibilité supplémentaire ainsi qu’un savoir associé aux stratégies d’investissement de la banque.

Phone_booth

DeNA : un leader de l’innovation au Japon qui se nourrit des pratiques de la Silicon Valley

Parmi ces entreprises qui ont souhaité adopter une stratégie qui sort du cadre de l’investissement, l’entreprise japonaise DeNA.

Présent depuis 2 ans chez Silicon Foundry, Dai Watanabe, senior executive chez DeNA (prononcer DNA), assure la présence de l‘entreprise en Silicon Valley. Après avoir étudié les différentes stratégies d’investissement pour accélérer les capacités d’innovation du groupe, notamment celle de lancer un fonds de Corporate Venture, DeNA a fait le choix de concentrer son effort dans une présence en Silicon Valley pour observer au plus près les bonnes pratiques qui peuvent manquer à DeNA au Japon.

Fondé en 1999, la société, spécialisée dans les jeux vidéos sur mobile et l’e-commerce (mais développant également une multitude de projets innovants en incubation), se positionne comme l’un des acteurs leaders dans le numérique et l’innovation au Japon. Pour autant, elle fait face à de nombreux freins liés à la difficulté du Japon à entrer pleinement dans une stratégie d’innovation pour réussir sa transitions technologique.

Pour une entreprise comme DeNA, la faible culture de l’échec, la persistance des parcours “à vie” dans les grandes entreprises japonaises, et la difficulté de voir émerger un écosystème startup, rendent complexe le recrutement des talents, et in fine de lancer des projets fortement innovants.

Pour réussir ce défi, Silicon Foundry accompagne DeNA à connecter avec des acteurs de l’innovation en Silicon Valley, mais également à suivre les tendances technologiques qui impactent directement le business de DeNA.

Plus récemment, Silicon Foundry a accompagné Dai Watanabe à organiser une série de rencontres entre la direction de DeNA et des acteurs de l’innovation en… France.

Disposant d’une influence dans des groupes de travail du gouvernement japonais sur l’innovation, DeNA considère en effet la France comme une source d’inspiration dans la mesure où, partant d’une situation culturelle assez comparable, l’hexagone a su depuis quelques années massivement investir dans l’écosystème startup.

Espace-Silicon-Foundry

L’innovation corporate ne se décrète pas

Si le voyage d’études en France de DeNA peut paraître quelque peu hors sujets tant l’écosystème de la Silicon Valley est riche, cette initiative s’inscrit pourtant dans une tendance largement observée au sein des grands groupes : innover sur deux jambes. La première va de l’avant, observe le futur et les acteurs qui dominent la bataille de l’innovation et la seconde, plus opérationnelle, regarde concrètement ce qui peut être fait, en allant rencontrer des acteurs ayant la même ancienneté ou du moins vivant les mêmes enjeux.

Arriver à maintenir ce double effort est critique car nous sommes entrés dans un rythme d’innovation jamais vu jusqu’à présent. Il s’agit donc pour les entreprises de prendre constamment la mesure des innovations à venir qui vont impacter leur coeur de métier, tout en mettant en place à l’instant T les transformations nécessaires pour ne pas être distancés.

Au moment où les entreprises françaises tournent de plus en plus le regard vers la Chine et son incroyable effort pour se placer comme le leader mondial de l’innovation, la Silicon Valley continue de son côté à jouer son rôle d’essaimage de bonnes pratiques. Maintenant que la vague de hype entourant cet écosystème s’est dissipée, peut-être est-il temps pour les entreprises de vraiment comprendre ce qui fait son succès pour s’en inspirer?


Sébastien Louradour
Ecrit par
Sébastien Louradour
Basé à San Francisco, je décrypte les dernières tendances et signaux faibles dans le domaine des technologies en particulier de l'IA, du transport, de la santé et de l'éducation.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter