Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

pollution-yellow-vision-yellow-innovation

Le smart parking, un autre moyen de réduire la pollution urbaine

Ariane
Ariane
6 février 2017

Se garer en ville n’est pas uniquement une activité stressante avec un impact négatif sur la pollution urbaine. Voici quelques acteurs du numérique qui tentent de résoudre ce mal de tête citadin.

Le temps passé à recherche d’une place pour se garer a des implications individuelles et collectives. Nous sommes tous familiers avec la frustration ressentie lorsqu’il faut rajouter 10, 20 voire 30 minutes à notre temps de trajet pour être certain de pouvoir se garer à l’arrivée. Si l’on passe maintenant à l’échelle de la ville, l’accumulation de ces trajets circulaires de conducteurs qui cherchent désespérément une place a un impact terrible sur la qualité de l’air que nous respirons, et le bien-être des citadins.

Google Maps s’intéresse au stationnement

Google vient d’ajouter une fonctionnalité à son app Google Maps. En plus des suggestions du meilleur itinéraire à suivre en voiture ou en transport en commun pour se rendre d’un point A à un point B, l’app intègre maintenant un indicateur du degré de difficulté pour trouver une place de parking à proximité de votre destination. Cette nouvelle fonctionnalité n’est pour l’instant disponible que sur Android, et dans une vingtaine de grandes villes-pilotes (dont San Francisco). Nous avons testé, et en effet, l’indicateur de difficulté fonctionne – pour l’instant, il est calculé en agrégeant les données historiques et anonymes des utilisateurs qui ont donné leur accord. Il peut donc s’expliciter comme suit: « En général, il est facile/difficile/très difficile de se garer dans le quartier où vous vous rendez ». Espérons que l’indicateur fonctionne bientôt à partir de données collectées en temps réel, pour nous dire : « Il vous faudra 17 minutes pour trouver une place de parking à proximité de votre destination ».

Google Maps s'intéresse au Parking
Google Maps s'intéresse au Parking

Des parcmètres intelligents

D’autres initiatives sont à saluer. La ville de San Francisco a mené un projet pilote avec des « parcmètres intelligents », qui ajustent le prix qu’il faut payer pour se garer en fonction de la demande. Les parcmètres des zones-test furent équipés de capteurs wifi capables de détecter si la place est occupée ou pas, et de faire varier le taux horaire en fonction de la demande dans la rue. La ville de San Francisco a publié les résultats de l’étude pilote (disponibles ici) :

  • Le taux horaire moyen dans les zones concernées a baissé de quelques centimes (environ 2 euros de l’heure pour le tarif normal, et jusqu’à 3 fois plus pour une zone près d’un concert ou d’un match) ;
  • Diminution d’environ 40% du temps passé à chercher une place par véhicule
  • Diminution de 30% de l’émission de gaz à effet de serre

Le nombre de PV distribués a lui aussi diminué, ce qui est peut-être dû à la possibilité de recevoir sur son smartphone une alerte pour signaler la fin proche du temps de parking alloué, et la possibilité de rajouter à distance, grâce à l’app du système, du crédit sans avoir à retourner à son véhicule.

SF-Intelligent-Parking-yellow-vision-yellow-innovation

D’autres initiatives

L’app SpotHero vous permet de réserver à l’avance une place dans un parking couvert pour le temps que vous souhaitez, à l’heure ou au mois. Les particuliers peuvent monnayer leur garage ou emplacement privatif avec ParkingCupid.

A noter, une initiative un peu plus farfelue pour ceux qui souhaitent « contourner » les 2 heures légales de stationnement dans les zones résidentielles. Le respect de la durée légale de stationnement est vérifiée par des petits véhicules à trois roues, capables de transporter un agent qui décompte le temps qu’un véhicule a passé à sa place en détectant les plaques d’immatriculation. Le Meter Maid Monitor est un projet open source développé lors d’un hackaton qui permet à une personne un peu bricoleuse de mettre en place un « détecteur de pervenche ». Le système est activé par un détecteur de mouvement, qui prend une photo des véhicules à proximité, identifie par reconnaissance d’image s’il s’agit ou pas d’un véhicule de « pervenche », et vous envoie un SMS pour vous permettre de déplacer votre voiture 2 heures après le premier passage afin d’éviter un PV.

En attendant les véhicules autonomes

Reste à espérer que les voitures autonomes et intelligentes règleront bientôt le problème à la racine en nous déposant à notre destination, prenant aussitôt d’autres passagers pour les conduire à l’endroit qui les arrange, et ceci en continu pour optimiser la circulation en supprimant les besoins de stationnement, ne s’arrêtant que pour quelques pauses de maintenance, auto-détectées…


Ariane
Ecrit par
Ariane Zambiras
Partager
Commentaires (0)