Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Sommeil connecté : dans les bras de Morphée

Sommeil connecté : dans les bras de Morphée

Morgane Boutin-Neveu
Morgane Boutin-Neveu
13 juillet 2016

Améliorer la qualité de son sommeil ? Mieux dormir pour être en meilleure forme ? Des objets connectés se proposent de vous aider à optimiser votre sommeil.

Pourquoi s’intéresser au sommeil ? Tout simplement parce que le sommeil occupe près d’un tiers de notre vie et a un impact direct sur les deux autres tiers. A cet effet, mieux dormir = mieux vivre. A l’heure du digital, les objets connectés s’imposent comme une aide à notre sommeil, nous permettant de mieux dormir…

Le manque de sommeil, un constat alarmant

Un adulte devrait dormir en moyenne entre 7 à 9 heures par nuit afin d’être en bonne santé et en forme le lendemain. Selon une étude américaine du CDC (Centers for Disease Control and Prevention) menée sur 445 000 adultes âgés de 18 à 60 ans, 1 Américain sur 3 dormirait moins de 6 heures par nuit, chiffre égalé par les français. Le cabinet français Occurrence annonce, quant à lui, « une dette de sommeil annuelle de plus de 16 milliards d’heures », soit près de 2 semaines de déficit de sommeil par an.

Pourquoi tant d’émulations concernant le manque de sommeil ? Car ne pas dormir assez a une influence néfaste sur la santé et donc sur le quotidien et son rapport avec les autres. Le fait de moins dormir joue sur l’alimentation, favorisant l’attirance pour les aliments gras et sucrés, d’où une prise de poids et un risque de diabète et/ou cholestérol. Ajoutons à cela migraines, troubles digestifs et diminution du système immunitaire. Irritabilité, stress et manque de concentration sont d’autres conséquences relevées, jouant sur le travail et les relations personnelles.

Ainsi, les objets connectés ont pour ambition de nous aider à mieux dormir, en agissant sur la qualité de notre sommeil.

Les français sont en manque de sommeil
manque_sommeil
Wake, le réveil intelligent
Wake, le réveil intelligent

Wake, le réveil qui se veut intelligent 

Qui n’a jamais été réveillé le matin par la sonnerie du réveil de son partenaire, se levant plus tôt ? Pire encore, quand c’est à vous que revient la lourde tâche de le réveiller, car ce dernier n’entend pas la sonnerie ! Wake se positionne comme le réveil intelligent, capable de ne réveiller qu’une seule personne à la fois dans la même pièce. Il s’agit d’un boitier se fixant au plafond et qui, à l’aide de capteurs et d’une lumière infrarouge, dirige progressivement la lumière et le son sur la personne concernée. Ainsi, l’autre n’entend et ne voit rien et peut tranquillement finir sa nuit. Objet développé par l’entreprise américaine Lucera Labs,  Wake fonctionne avec le Wi-Fi et une application smartphone dédiée. Chaque dormeur programme au préalable l’heure de son réveil, la sonnerie, l’intensité de la lumière, etc. Le réveil s’éteint en effleurant le smartphone ou en sortant de son lit. Si vous êtes debout avant l’heure, il ne se déclenche pas car ne vous détectera pas.

Notons également des applications comme Sleep Cycle Alarm Clock ou encore Sleep as Android qui détectent votre phase de sommeil léger dans les 30 minutes précédant l’heure de votre réveil, afin de déclencher la sonnerie à l’heure idéale (ou la moins pire…). Si aucune phase de sommeil léger n’est détectée, alors le réveil sonnera à l’heure programmée ! Les applications proposent également des statistiques et graphiques, faisant un résumé de vos nuits, y indiquant vos heures de sommeil profond et total, votre déficit de sommeil ou encore vos ronflements.

Dreem, le bandeau connecté qui améliore votre sommeil

Alors que de nombreux objets ou applications ont pour but de mesurer votre sommeil et d’en faire un simple rapport à ses utilisateurs, la start-up française Rythm annonce agir sur la qualité de ce dernier. Sous forme de bandeau connecté, Dreem va analyser l’activité du cerveau et le stimuler à l’aide de sons pour améliorer la qualité du sommeil.

« Le sommeil profond est la phase la plus cruciale du sommeil, celle qui améliorera la performance physique et cognitive durant la journée », explique Hugo Mercier, un de deux fondateurs de Dreem, et ancien étudiant du master entreprenariat de Polytechnique. A cet effet, le bandeau analyse les ondes cérébrales pendant la nuit, détecte les différentes phases de sommeil et va émettre aux moments les plus propices, des stimulis sonores afin d’allonger et prolonger la phase de sommeil profond et la rendre optimale. Fonctionnant sans Wi-fi ni Bluetooth, Dreem repose sur une technologie de pointe et possède un micro-ordinateur miniature en charge d’analyser et de traiter les signaux du cerveau en temps réel. Plus besoin d’avoir son smartphone allumé pendant la nuit, à son réveil, l’utilisateur branche le bandeau et les informations sont directement envoyées au serveur.

Pas encore en vente libre, la start-up lance le programme Dreem First, qui aura pour but de sélectionner 500 volontaires qui achèteront le bandeau pour le tester. « Nous voulions faire une série limitée de produit afin de pouvoir passer du temps sur chaque utilisateur pour améliorer l’expérience et comprendre les attentes des personnes — et pour avoir des retours qualitatifs sur le produit», annonce Hugo Mercier.

Commercialisation prévue en 2017, affaire à suivre…


Morgane Boutin-Neveu
Ecrit par
Morgane Boutin-Neveu
Chef de projet Digital Innovation Groupe La Poste

Partagez cet article

Partager
Commentaires (1)

Les commentaires sont fermés.

S’inscrire
à la newsletter