Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

Rocket-1080-1080

La Space Tech, terrain d’innovation pour les startups

Jean Pierre Fourcade
Jean Pierre
10 septembre 2018

L’espace, frontière de l’infini, devient un formidable terrain d’innovation pour les startups Space Tech.

Ces dernières années ont vu une variété de nouvelles startups faire leur entrée dans l’industrie spatiale à l’image de Space X qui n’était à l’époque qu’une start-up inconnue, promettant de révolutionner le secteur spatial avec des fusées réutilisables tout en bousculant les règles établies.

Aujourd’hui le monde du spatial est en pleine mutation et voit émerger un écosystème qui s’enrichit de multiples startups, capables de développer rapidement des technologies de pointe. La recherche spatiale, qui se base de plus en plus sur ces petites structures dont la créativité et l’agilité, font émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs ambitieux. Ils sont alimentés par la possibilité de futurs voyages spatiaux commerciaux, par la mise en place du contrôle et de la diminution des débris spatiaux ou aussi par la démonstration de la possibilité de produire dans l’espace.

La NASA, l’ESA, le CNES et bien d’autres agences spatiales sont toujours en première ligne dans la recherche spatiale. Mais leur rôle évolue et cette tendance s’accentue en visant à promouvoir la création d’entreprises privées par le transfert de technologies. Ainsi l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a créé un programme de transfert de technologie qui, suite à un accord signé avec le réseau EBN (EBN Innovation Network) au début des années 2000, facilite la mise en place des ESA BICs (Business Incubation Centers). Les BICs présentent dans toute l’Europe, sont des réseaux d’incubateurs visant à soutenir la création de startups utilisant des technos spatiales ou pour développer des applications de systèmes spatiaux afin de créer de nouveaux services ou produits dans le domaine spatial.

Oneweb une constellation de 900 micro satellites pour un internet mondial

La Startup américaine OneWeb, fondée par Greg Wyler, a pour projet de créer une constellation d’environ 900 satellites de télécommunications positionnés sur une orbite basse à 1200 km de la terre qui permettra de fournir aux particuliers un accès mondial à Internet à haut débit à partir de 2020.

La construction des premiers microsatellites de la constellation OneWeb, à raison de 15 unités par semaine, sont assemblés par Airbus Space  en créant la coentreprise OneWeb Satellite à Toulouse. La première mise en orbite de 10 microsatellites à bas coût devrait s’effectuer par Arianespace dès la fin de l’année.

Réserver un séjour dans cet hôtel spatial de luxe

Le 5 avril 2018 , la start-up Orion Span à annoncé son intention de construire la station Aurora, un incroyable projet d’un hôtel de luxe dans l’espace.

Cet hôtel en orbite basse pourra accueillir six personnes, quatre touristes et deux membres d’équipage. Les voyageurs de l’espace vivront une expérience d’astronaute complètement authentique pendant 12 jours pour la modique somme de 9,5 millions de Dollars. Avec un lancement prévu pour la fin 2021, les réservations, d’un montant de 80 000 Dollars, sont déjà disponibles sur le site internet pour accueillir les premiers invités en 2022.

Pendant leur séjour, les voyageurs apprécieront l’exaltation de l’apesanteur en se déplaçant librement dans toute la station Aurora. Ils contempleront les aurores boréales et avec une orbite terrestre de 90 minutes, verront en moyenne 16 levers et couchers de soleil toutes les 24 heures. Ils participeront à des expériences de recherche telles que la culture culinaire dans l’espace et se délecter d’une expérience de réalité virtuelle dans le “holodeck” prévu à cet effet. Durant le séjour ils pourront partager cette expérience unique avec leurs proches à la maison via l’accès internet haute débit sans fil.

Le satellite RemoveDebris en route pour nettoyer l’espace

Le traitement des déchets n’est pas seulement une préoccupation terrestre, la pollution spatiale, qui s’est accumulée depuis plus de 60 ans, est estimée à 8000 tonnes de débris qui errent dans l’espace sous la forme des morceaux de fusée, de satellites en fin de vie ou des fragments d’équipements divers. Cette pollution spatiale surveillée depuis la Terre a permis de recenser 29 000 objets de plus de 10cm. Les débris, plus petits, se compteraient quand à eux, en dizaines de millions, de quoi démultiplier le risque de collisions.

Filiale d’Airbus, Surrey Satellite Technology (SSTL) est une société dérivée de l’Université du Surrey spécialisée dans la réalisation et la gestion de microsatellites. Elle a créé un mini satellite du nom de RemoveDebris, qui a été lancé en avril 2018 par le cargo spatial SpaceX Dragon et placé dans la soute interne de la Station Spatiale Internationale.

RemoveDEBRIS est équipé de tout une gamme de technologies innovantes pour nettoyer les débris, dont un filet et un harpon pour capturer les débris, ainsi qu’un système de navigation par laser pour guider à la capture des débris. Les premières expériences de sa mission de nettoyeur sont prévue pour octobre 2018.

Made in Space, des usines de production dans l’espace

Après avoir installé une imprimante 3D en 2016 dans la station spatiale internationale, la startup Californienne Made In Space entreprend désormais le développement d’usines sur orbite terrestre avec des robots capables d’imprimer en 3D des structures spatiales.

Ce projet ambitieux, qui semble sortir de Star Trek, est bien une réalité et ceci grâce à des robots et de la technologie d’impression 3D. Made in Space développe ce qu’elle appelle l’archinaut, une plate-forme technologique qui permet la fabrication et l’assemblage autonomes de  machines spatiales, comprenant des satellites entièrement construits et fonctionnels, voire même des vaisseaux spatiaux.

En 2021, la startup française Zephyr Exalto proposera des voyages stratosphériques en Ballon.

La startup française Zephyr Exalto avec le projet Zephyr Endless Flight souhaite proposer d’ici 2021 des vols habités en ballons à la frontière de l’espace pour permettre à tous de voyager à 25 km d’altitude avec 1000 km de panorama. Cette startup s’appuie sur des brevets pour le contrôle d’altitude en utilisant seulement l’énergie solaire et sur l’expertise du Cnes pour la conception des ballons stratosphériques. Le Zephyr Endless Flight, profitant de la vague d’intérêt du public pour le tourisme spatial, sera le premier aéronef habité capable de voler sans interruption et sans énergie fossile en utilisant uniquement l’énergie solaire et les vents d’altitude.

Prochainement, Zephyr Endless Flight va effectuer le vol le plus long de l’histoire pour une aventure humaine extraordinaire où les deux pilotes passeront trente jours dans le ciel, portés par les vent et sans escale.


Jean Pierre Fourcade
Ecrit par
Jean Pierre Fourcade
A la frontière entre l’information, la recherche et le développement, ma mission est de surveiller l’évolution des technologies dans des domaines bien déterminés mais aussi au-delà. Je suis très souvent connecté sur de nombreux réseaux pour alimenter ma soif de connaissances par mes explorations dans le nouveau monde du numérique.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter