Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

cover-robot-stan-robotics

Stan, le « robot-valet » qui gare votre voiture

Morgane Boutin-Neveu
Morgane Boutin-Neveu
11 août 2016

Un robot qui  gare votre voiture à votre place dans un parking ? C’est possible grâce à Stanley Robotics, la start-up tricolore qui propose un service de voiturier automatique.

Plus besoin de chercher une place de parking. Finies les portières éraflées et les manœuvres fastidieuses. Et surtout une optimisation du parc automobile. Gain de temps et d’espace pour une gestion intégrale du véhicule, voilà ce qu’offre la jeune société française. A l’heure où la gestion des parcs automobiles devient compliquée de par l’augmentation du nombre de voyageurs, l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle a décidé de tester le service proposé par Stanley Robotics.

Le constat est clair : les parkings des aéroports commencent à saturer et les places se font rares. + 5% de croissance en termes d’affluence chaque année, gestion des flux de voyageurs de plus en plus difficiles et agrandissement du parc automobile plus qu’onéreux. Stanley Robotics l’a bien compris et propose à cet effet un système de stationnement automatisé permettant de garer 50% de voitures en plus dans un seul et même espace. De quoi séduire les investisseurs quand on sait qu’un parc automobile se renouvelle tous les 13 ans environ et coûte cher, très cher. Zoom sur ce robot qui disrupte le stationnement.

stanley robotics robot parking

Quand Stan joue à Tetris dans le parking

Proposer un service robotique complet qui déplace et gare les voitures, sans changer l’infrastructure ou l’organisation de l’espace, facile ! C’est le rôle de Stan, le robot développé par Stanley Robotics. De la taille d’un transpalette classique, il propose un service tout compris facilitant le quotidien des voyageurs, de la réservation à la prise en charge du véhicule jusqu’à sa restitution. Pour piloter tout cela, un logiciel nommé Sam, se posant comme un véritable « chef d’orchestre permettant de coordonner les mouvements de tous les robots et ainsi d’optimiser le stationnement», explique Clément Boussard, le CEO.

  1. L’automobiliste dépose sa voiture sur une plateforme spéciale, à  l’entrée du parking, en ayant au préalable réservé sa place en ligne via l’appli ou le site. Il garde ses clés car le robot n’a pas besoin de rentrer à l’intérieur du véhicule.
  2. Stan récupère la voiture en la soulevant et l’emmène à l’emplacement réservé. Équipé de capteurs, il gare les voitures proches les unes des autres car pas de portière ou coffre à ouvrir.
  3. Relié à l’application et connaissant les informations de vol communiqué au préalable, Stan, en plus d’optimiser l’espace, joue de son algorithme pour placer stratégiquement les voitures en fonction de leur date de restitution. Connecté au numéro de vol, Stan sait exactement quand apporter la voiture à son conducteur, une fois ce dernier ayant atterri.

Une véritable expérience utilisateur enrichie, avec un sentiment de sur-mesure et de facilité.

Une offre premium, clé en main

Stanley Robotics offre un double avantage, pour l’utilisateur et l’aéroport.

En effet, le voyageur bénéficie d’une solution clé en main. Gain de temps et sécurité : Plus besoin de chercher une place, de manœuvrer pour se garer, de risquer de se faire égratigner sa voiture ou encore une fois péniblement garé, de marcher longtemps afin de rejoindre la sortie piéton. Pour l’aéroport, c’est un gain d’espace mais également une baisse des coûts de maintenance. En plus d’optimiser l’espace en collant les voitures les unes aux autres, plus besoin d’éclairage ou encore de marquage au sol. Stan, en fonctionnant à l’énergie, ne pollue pas ou peu.

Clément Boussard assure : « Nous allons pouvoir ranger intelligemment les voitures, le parking pourra passer de 250 à 400 places sans modifier les infrastructures. Nous pourrons augmenter la capacité d’un parking de 30 à 60 %. »

Pour Stanley Robotics, l’aéroport est le lieu idéal pour implémenter et tester sa solution. Les flux sont quotidiens et souvent prévisibles, ce qui permet de connaitre horaires de départ et d’arrivée des vols et ainsi permet au robot d’anticiper et de s’organiser en amont afin de gérer au mieux la logistique.

stanley-robotics-parking robot
Avant Stan et après Stan

Petit Stan deviendra grand

Le business model est basé sur une location de 5 ans et à destination des parking-voyageurs de longue durée pour le moment. Les aéroports, comme Roissy-Charles de Gaulle, sont déjà clients. Mais pas que.

« Des chaînes d’hôtels, des loueurs de voiture, des usines automobiles et même des promoteurs immobiliers, qui souhaiteraient l’intégrer de base dans leurs projets, se sont par ailleurs déjà renseignés”, avance Clément Boussard.

Stanley Robotics ne compte pas s’arrêter là et souhaite exploiter la data collectée pour anticiper les déposes et retraits de voitures compte tenu de l’historique de voyages du conducteur.

Notons également que la France n’est pas la seule à se positionner sur ce modèle. L’entreprise chinoise Yee-Fung développe également son système de stationnement automatisé, capable de garer tout seul une voiture.

En attendant la voiture autonome qui en est encore à ses essais, le “robot-valet” est, pour le moment, la solution pour ne pas avoir à garer sa voiture.


Morgane Boutin-Neveu
Ecrit par
Morgane Boutin-Neveu
Chef de projet Digital Innovation Groupe La Poste
Partager
Commentaires (1)

Les commentaires sont fermés.

S’inscrire
à la newsletter