Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

augmented_reality_2

La ville, nouveau terrain de jeu

LD
Lilas
16 avril 2018

Pokemon Go n’était qu’un avant-goût… préparez-vous à courir dans la ville !

En annonçant l’ouverture de l’API qui avait servi pour Pokémon Go aux développeurs tiers il y a quelques mois, Google Maps dessine un horizon dans lequel la ville — et l’espace physique en général — se transforme de plus en plus en terrain de jeu. Grâce au pouvoir de la fiction et de la réalité augmentée, nombreuses sont déjà les apps qui vous mènent d’expériences ludiques en découvertes urbaines, voire qui vous font faire de l’exercice sans même que vous ne le remarquiez.

Si ces jeux ont toujours existé sous des formes analogiques, ils acquièrent une efficacité redoutable en recourant aux interfaces mobiles déjà omniprésentes dans nos quotidiens. Mais qui sont donc les créateurs et les startups qui travaillent à vous faire bouger dans la ville ?

Jouer pour découvrir la ville

L’historien néerlandais Johan Huizinga, spécialiste du jeu, utilisait l’expression de “cercle magique” pour qualifier ce qui se passe lorsque l’on s’adonne au jeu : on se retrouve à l’intérieur d’un cercle, comme happé par un monde qui se trouve en-dehors de la réalité. Les jeux pervasifs, eux, (qu’on appelle aussi jeux géolocalisés ou ubiquitaires, comme l’explique cet article du Monde), brisent ce cercle, ou plutôt l’élargissent. Ils jettent un pont entre le monde réel et le monde virtuel, faisant interagir les deux. La réalité augmentée a ainsi donné une deuxième jeunesse aux chasses au trésor et autres jeux de rôles, en faisant des espaces publics des terrains de jeux interactifs.

La tendance n’est pas complètement nouvelle : dès 2005, GEOTEAM, une entreprise néerlandaise, présentait les “premiers jeux de gps interactifs” à jouer en équipe dans la ville. “Notre objectif est de faire découvrir la ville d’une manière originale et cool grâce aux dernières technologies”, affirment-ils. Par la suite, d’autres jeux ont eu non pas pour motivation mais pour conséquence plus ou moins consciente de faire découvrir la ville autrement. C’est le cas d’Ingress, un jeu développé par Google puis par Niantic, dont l’objectif est de prendre possession de “portails” disséminés dans les lieux publics pour le compte de son équipe. À l’été 2016, la furie Pokémon Go, elle aussi développée par Niantic, a encouragé ses plus de 20 millions d’utilisateurs quotidiens à arpenter leur ville en long, en large et en travers pour attraper le plus de petites bestioles. Certains allaient jusqu’à modifier leurs trajets habituels pour tenter d’en dénicher de plus rares, ou se retrouvaient dans des parties de la ville où ils n’étaient jamais allés. Depuis d’autres jeux emboîtent le pas au succès de Niantic Labs, la startup allemande Cluetivity utilise la réalité augmentée pour dépoussiérer ces bons vieux jeux de carte au trésor. Grâce à l’écran de votre téléphone, vous pouvez répérer les petits lutins qui vous donneront les indices nécessaires pour résoudre les énigmes et trouver avec l’aide de votre équipe le trésor si convoité.

Vivre plus sainement en s’amusant

Mais avec la vogue du fitness et du bien-être, il fallait s’attendre à ce que des apps se mettent au carrefour du jeu et du sport. Certaines utilisent la voix. The Walk, par exemple, est un jeu créé par l’auteur de fiction Naomi Aldermann et développé par la firme Six to Start. Le pitch ? Une bombe explose à Inverness station en Écosse : vous êtes témoin de l’attentat et voilà que l’on vous donne un paquet dont le contenu est censé sauver le monde. Pour le protéger, vous allez devoir marcher à travers tout le Royaume-Uni. L’application, co-créée avec le National Health Service et le Department of Health britannique, s’est dotée de l’éloquent slogan : “It’s time to walk for you life” (“Il est temps de marcher pour votre vie”). La même équipe était à l’origine de Zombies Run, une app qui, comme son nom l’indique, vous donne l’impression d’être poursuivi par des zombies pour vous faire courir plus vite.

En Angleterre toujours, la jeune start-up Onigo a récemment lancé le premier “escape game en extérieur” dans deux parcs londoniens. Les joueurs, en équipe, doivent identifier certains endroits, rassembler des indices et résoudre des mystères pour pouvoir sortir du parc. Le tout en marchant ou au pas de course : “nous pensons que les activités physiques traditionnelles ne parlent pas à un assez large public”, écrivent les fondateurs sur leur site. Leur mission ? “Donner à tous l’accès à des expériences amusantes, sociales et actives qui améliorent la santé physique et mentale.”

Vient alors l’éternelle question : fera-t-on un jour encore des promenades de santé sans avoir le nez dans son écran ? Ce qu’on gagne en motivation, est-ce qu’on le perd en capacité à se connecter à son environnement ? Les jeux pervasifs veulent justement tuer cette dichotomie entre monde réel et monde virtuel : reste à savoir résister aux tentations du jeu. Demain, sur le chemin de la boulangerie, vous aurez peut-être sept différentes sollicitations de jeux urbains, et il sera sûrement difficile de résister aux histoires prenantes et à la pression du groupe pour faire le tour du quartier en courant avant de rapporter votre baguette à la maison.


LD
Ecrit par
Lilas D
Journaliste, chercheuse et consultante. Depuis Berlin, j'écris sur les enjeux sociétaux des technologies et questionne le futur que nous sommes en train de construire.
Partager
Commentaires (0)

Merci de poster votre commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

S’inscrire
à la newsletter