Simplifiez-vous l'innovation

#astuce
catégories

#astuce
partage

#astuce
liens internes

floating_cities

Les villes flottantes face à la montée des eaux

Jean Pierre Fourcade
Jean Pierre
6 septembre 2017

Vivre sur l’eau ou sur des îles artificielles, ces innovations nous sauveront-elles de la montée des eaux ?

La vie sur les océans n’est-elle pas l’une des visions durables de l’humanité ? Au cours de ces prochaines décennies une partie de l’humanité pourrait bien migrer, non pas vers des planètes inaccessibles, mais vers les océans et les mers du globe en habitant sur des îles flottantes avec des moyens technologiques permettant de créer des aliments et des ressources énergétiques fiables et durables.

Avec plus de 3 milliards de personnes vivant sur les zones côtières à fort risque d’impacts dû au réchauffement climatique et à la hausse du niveau de la mer, des organisations investissent dans divers projets comme de nouveaux murs maritimes, des digues, des polders ou des barrières pour marée haute à l’exemple de la célèbre barrière de la Tamise à Londres.

IJburg, le quartier flottant d’Amsterdam

Aux Pays-Bas, C’est environ 47% de la population qui vit dans des zones conquises sur la mer représentant un quart du territoire. Ce pays, qui se trouve en première ligne si le niveau des océans augmentait, utilise principalement un système de digues aussi ingénieux que coûteux pour ne pas  être inondés.

Le quartier d’IJburg, situé dans le sud-est d’Amsterdam est composée de plusieurs iles artificielles où se greffe toute une collection de maisons flottantes. Ces maisons flottantes de 3 étages, conçues par l’architecte Marlies Rohmer, sont construites à partir d’un conteneur en béton dont le rez-de-chaussée est plongé à mi-hauteur d’étage sous l’eau. Chaque ile est un réseau de promenades et de quais qui relient les maisons ensemble Les résidents peuvent nager dans l’eau pendant l’été et jouer sur la glace l’hiver.

Ce quartier qui a vu venir ses premiers propriétaires en 2002 devrait, d’ici 2020, atteindre environ 18.000 logements pour 45.000 habitants avec des écoles, des commerces, des centres de loisirs et  des restaurants.

Floatinghouse

La création de la première ville flottante au large de la Polynésie française

Le 13 janvier 2017, le ministre Jean-Christophe Bouissou, représentant la Polynésie française, a signé, à San Francisco, un protocole d’accord avec l’organisation Seasteading Institute portant sur un projet innovant d’île flottante. Ce protocole devrait permettre la mise en œuvre d’études de faisabilité d’un tel projet et d’essayer de nouveaux modes de gouvernement.

La construction de cette première ville flottante au monde, située au large de l’île de Tahiti en Polynésie française, devrait débutée en 2019 pour accueillir ses premiers résidants en 2020. Elle misera ainsi sur le soleil, le vent et les courants marins pour s’alimenter en énergie, mais aussi sur la désalinisation de l’eau de mer pour assurer la fourniture d’eau potable. De l’aquaculture et des fermes permettront de produire la nourriture nécessaire.

Ce projet est principalement  financé par le fondateur de PayPal, le milliardaire Peter Thiel aussi co-fondateur en 2008 du Seasteading Institute en Californie avec Patri Friedman diplômé de Stanford et ancien de Google. Cette organisation, aux penchants libertarien, a pour objectif de promouvoir le développement de l’humanité sur les océans, en créant des sociétés modèles de lieux de vie hors de la souveraineté des États existants.

FP_seastead_concept_bart_blue21

Le vaisseau autonome SeaOrbiter pour l’exploration océanographique

Jacques Rougerie est un architecte océanographe français passionné de la mer et des habitats marins. Il a pour projet de construire un navire d’exploration océanographique autonome, le SeaOrbiter.

C’est un vaisseau, d’un poids total de 1 000 tonnes et d’une hauteur de 58 m, dont 31 immergés sous la mer, comporte plusieurs étages de 12 niveaux permettant de recevoir une vingtaine de membres d’équipage, des scientifiques, des robots et un laboratoire. Il est autonome en énergie avec ses éoliennes et ses panneaux solaires avec pour objectif d’explorer les océans simultanément en surface et en grande profondeur

A ce jour seul le niveau le plus haut, centre névralgique du vaisseau, a été réalisé au coût de 350 000 € et financé via la plateforme de crowdfunding KissKissBankBank. Ce premier élément du vaisseau est a exposé depuis juin 2017 au grand public à la Cité de la Mer de Cherbourg. Si ce projet trouve le financement nécessaire de 35 millions d’euros Il est possible d’espérer une mise à l’eau d’un premier prototype en 2020.

seaorbiter

Passer des vacances sur des îles flottantes

Le cabinet d’architecture et de design serbe Salt & Water a élaboré un magnifique projet d’hôtel flottant avec des chambres flottantes et navigables permettant de recevoir de 2 et 4 personnes. Ce concept d’hôtel comprend deux parties, une partie fixe qui accueille les résidents avec un restaurant, un café et un espace de réception et des unités flottantes qui sont les chambres transformées en de véritables appartements mobiles. Chacune de ces unités flottantes sont dotées d’un salon, d’une cuisine, d’une salle de bains, d’une zone de couchage (au-dessus du salon), d’un pont aménagé pour la baignade, la pêche ou le bronzage et d’un poste de pilotage.

Catamaran-Apartment

 

Ces îles flottantes qui vont se développer dans les années à venir pourraient devenir de véritables Arches de Noé, et comme le précise Jacques Rougerie « C’est de l’océan que naîtra le destin des civilisations à venir. »


Jean Pierre Fourcade
Ecrit par
Jean Pierre Fourcade
A la frontière entre l’information, la recherche et le développement, ma mission est de surveiller l’évolution des technologies dans des domaines bien déterminés mais aussi au-delà. Je suis très souvent connecté sur de nombreux réseaux pour alimenter ma soif de connaissances par mes explorations dans le nouveau monde du numérique.
Partager
Commentaires (0)
S’inscrire
à la newsletter